vendredi 15 janvier 2010

Une aventure humaine assez exceptionnelle




Hier soir, nous sommes allés voir un documentaire, pas comme les autres !
"D'Une seule voix"nous laisse à suivre la tournée, d'une chorale, d'un groupe d'une centaine de personnes à travers la France pendant trois semaines.
Ce qui est assez incroyable c'est la disparité des gens qui composent ce groupe : des israéliens et des palestiniens, des juifs, chrétiens et musulmans.


Ils sont avant tout des musiciens et des chanteurs et c'est de cela que le réalisateur, Xavier de Lausanne, a voulu nous montrer, l'universalité de la musique.
Malgré les rivalités et les différents qui apparaissent dès le début, de la tournée le pari assez fou de Jean Yves Labat de Rossi qui est l'organisateur de toute cette aventure, est, on peut le dire, gagné.
Des scènes bouleversantes d'émotion ne peuvent que nous faire aimer ce film (c'est assez rare de sentir toute une salle de cinéma vibrer à l'unisson !) et moi, j'ai eu une envie irrésistible de vouloir chanter, tout simplement, avec ma chorale, dès la sortie du cinéma... Vivement mercredi !
Oups ! allez le voir, vous ne serez pas déçus ! (j'ai mis un lien avec le titre du billet)

8 commentaires:

  1. j'ai très envie d'aller le voir!! c'est le genre de film où les émotions peuvent me submerger très vite!!! j'ai suivi le lien ! et paumée comme je suis!! pfff la salle la plus proche est à 80 kms...

    RépondreSupprimer
  2. Il me reste à espérer qu'il passera un jour à Rouen, bien qu'en ce moment la fermeture des salles Art et Essai soit programmée .. auquel cas le centre ville serait un désert culturel.

    RépondreSupprimer
  3. Comme une idiote je suis passée à côté ,mais je vois qu'il est programmé à Nancy prochainement!!!
    Cela me fait penser à Daniel Barenboim et le concert de Ramallah.
    Merci de ce petit rappel

    RépondreSupprimer
  4. Oui, Aloïs, lors du débat, à la fin du film, nous avons parlé aussi de Daniel Barenboim mais ce n'est pas la même expérience. Barenboïm fait jouer de la musique occidentale à des musiciens issus de certaines "diasporas" tandis que Labat de Rossi fait intervenir des musiciens des deux côtés du mur afin qu'ils jouent leur musique, chacun avec sa culture, sa tradition pour la partager et se reconnaître...
    J'aime bien aussi le concert de Ramallah...

    RépondreSupprimer
  5. Coucou ma chere merci pour ton passage chez moi et pour tes douces mots!!!
    j'espere que arrive meme in Italie cette film!!!!
    Bonne fin de semaine
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Encore un que tu as réussi à me donner envie de voir! Bonne soirée, Bise!

    RépondreSupprimer
  7. Je n'en avais pas entendu parler avant ton billet! Enthousiasme contagieux!
    Bonne semaine!

    RépondreSupprimer
  8. Je te conseille les films du cinéaste turc Nuri Beilge Ceylan, et en particulier UZAK et Les Climats...

    RépondreSupprimer