mardi 16 février 2010

Le porteur de bonnes nouvelles



"Le porteur de bonnes nouvelles" suivi de "côté nuit, côté jour"


J'ai reçu ce livre de la part de Babelio dans le cadre de l'opération "masse critique". Il fait partie de la collection "histoires d'en rêver" de la maison d'éditions "Alzabane".
Ce livre, au petit format avec peu de texte sur chaque page encourage déjà l'enfant dans une lecture imagée. Illustré de façon traditionnelle, il renferme deux histoires que la quatrième de couverture nous décrit comme philosophique pour la première et poétique pour l'autre.

Dans le premier conte, Constantinople était une ville rayonnante, belle et heureuse, où "les princesses se promenaient dans la roseraie ou dormaient sur les coussins de soie tout parfumés d'Orient"
En ce temps là, vivait un homme, "porteur de bonnes nouvelles" confiant et aimant l'humanité", heureux d'annoncer de village en village, les bonnes nouvelles, un porte bonheur en somme. Cela me fait penser "au marchant de bonheur", la chanson des compagnons de la chanson, que je chantais quand j'étais petite.
Mais les guerres arrivèrent?, et avec elles, le lot de mauvaises nouvelles. Le porteur "replet et réjoui" fut enfermé. Seuls les chats, trois mille, restèrent en contact avec lui et réussirent à le délivrer deux siècles plus tard. Tout le monde se lamentait depuis deux siècles. Qui avait osé?
Et de nouveau, le porteur de bonnes nouvelles repris sa route pour annoncer les petits bonheurs qui font le quotidien de chacun.
On le prendrait bien pour un fou. C'est à ce moment là que l'auteur prend le lecteur à témoin pour qu'il reconnaisse, par exemple, dans l'odeur d'une fleur d'oranger, la présence du porteur…qui apporte la possibilité du bonheur retrouvé…

"…mais aussi pour que son sourire, tel un croissant de lune dans la baie du Bosphore…"
"…apercevoir des amoureux au pied de la tour de Galata est signe de beau temps."
"Chaque matin sur terre, et à Constantinople –la belle aux yeux nuit- la douceur reviendrait comme le rire et les odeurs de café".

Le deuxième conte "côté nuit, côté jour" me semble plus axé sur le thème de l'ambiguïté des gens, des choses et de la vie, l'opposition des contraires et la question difficile du choix.
C'est ainsi que le héros de ce conte avait construit sa maison entre la nuit et le jour. Et tout au long du récit, ce personnage, "qui n'était pas indécis", peintre de son état (pas anodin ce choix!) nous amène à nous poser des questions existentielles et à réfléchir comme "cet inspecteur du temps qui passe" qui se métamorphose à la fin de l'histoire en homme libre "d'aimer le monde en couleurs"

"Mais tu as bien une préférence ?
Pourquoi cela ? répondit le peintre. J'aime le jour comme j'aime la nuit. J'ai assez de place dans mon cœur pour les aimer tous deux à la fois."

Je ne savais pas que c'était un livre pour enfants quand je l'ai choisi au hasard parmi ceux qui restaient sur la liste à commenter, je ne le regrette pas !
Peut-être ai-je été tout simplement attirée par l'endroit où se passe le premier conte, Constantinople. Istanbul que j'ai hâte de découvrir bientôt.
Ces deux contes à connotation philosophique n'en sont pas moins fantastiques et poétiques à l'écriture superbement imagée et bien vivante qui révèle la beauté, les lieux, les odeurs, les petits bonheurs qui sont les piments de la vie. L'auteur a le souci de rencontrer le lecteur pour construire avec lui un monde imaginaire voir idéal car les temps ont changé depuis deux siècles et seuls les chats ont neuf vies…

Son auteur, Cathy Dutruch a déjà quelques livres jeunesse parus depuis plusieurs années comme "on ne jette pas les bisous à la poubelle", "l'enfant qui avait une mésange sur la tête" et "l'arbre à vœux"…
Les illustrations d'Agnès Kellenberger, dignes d'un conte "des mille et une nuits" sont là pour souligner un texte qui peut s'adresser à des enfants autour de dix ans; livre, à offrir ou à présenter dans une classe ou une bibliothèque, qui se prête très bien à la conversation, à l'interrogation, à la connaissance du monde géographique et qui s'invite sur un chevet d'adulte pour être lu avant de l'offrir à un enfant…
J'espère que je vous ai convaincus de lire ce livre que j'ai découvert grâce aux éditions Alzabane et Babelio.

8 commentaires:

  1. Voilà un livre qu'il va falloir que j'offre à Koka, spécialiste toutes catégories de "petits bonheurs"... et comme tu le conseilles, je le lirai avant !! Et elle ne s'offusquera pas d'être l'enfant à qui on offre cette petite merveille.

    RépondreSupprimer
  2. Ce sera un plaisir je pense de me laisser emporter par la beauté des images et du texte.
    Merci ...
    Marie-Ange

    RépondreSupprimer
  3. Un livre qui doit t'aider à faire de beaux rêves et que je poserais bien sur mon chevet ,je pense que tu m'as convaincue.
    J'aime beaucoup les titres des ouvrages précédents de cette auteure

    RépondreSupprimer
  4. Ce petit livre semble bien poétique et porteur d'humanisme et d'espoir!
    Tu vas bientôt passer un séjour en Turquie? Nous risquons de nous croiser, je pense m'y rendre au printemps...
    Très belle et agréable journée

    RépondreSupprimer
  5. Je le note pour un futur cadeau et j'enregistre au passage que tu vas aller à Istanbul, veinarde ..

    RépondreSupprimer
  6. Bienvenue Claire et je vous dis à bientôt!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  7. merci ! pour ce joli livre!! moi qui cherche toujours des idées pour mes cadeaux!! les livres sont très très largement présents même pour les tout jeunes !!

    RépondreSupprimer