vendredi 21 janvier 2011

Promenade (suite)

 Donc ce dimanche, il faisait beau, et nous en avions profité pour se balader le long de la rivière qui court dans la ville, l'Aure.


 Un moulin


 Un ancien lavoir, ou simplement un endroit pour se reposer...


 Un autre ancien moulin qui tourne toujours...


 Un livre :
Quatrième de couverture :


"13 mai 1506, un certain Michelangelo Buonarotti débarque à Constantinople. A Rome, il a laissé en plan le tombeau qu'il dessine pour Jules II, le pape guerrier et mauvais payeur. Il répond à l'invitation du Sultan qui veut lui confier la conception d'un pont sur la Corne d'Or, projet retiré à Leonardo da Vinci. Urgence de la commande, tourbillon des rencontres, séductions et dangers de l'étrangeté byzantine, Michel Ange, l'homme de la Renaissance, esquisse avec l'Orient un sublime rendez-vous manqué.
Par l'auteur du très remarqué "Zone" (prix Décembre 2008 et prix du livre Inter 2009)."


"Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants", de Mathias Enard, le dernier roman que je viens de terminer m'a comblée pour trois raisons :


- Le personnage de Michel Ange

- La ville inconnue, Istanbul

- L'écriture de ce roman

La description de la personnalité du héros que Mathias Enard en fait est tout à fait ce que j'imaginais. Un personnage de grande sensibilité, curieux de découvrir l'être humain plus que le monde, ou l'être humain dans son monde.

Arrivé à Istanbul, il s'enferme d'abord dans sa chambre pour dessiner, et sur son carnet qui ne le quitte jamais, des pieds, des mains, des postures, des chevaux, des éléphants… Avant de suivre son guide-poète dans la ville. Et sur son carnet qui ne le quitte jamais, il inscrit beaucoup de listes de mots, chaque jour, où il est question d'odeurs, d'épices, de couleurs, , de comptes, de menus,d'architecture, d'équilibre, d'harmonie comme l'élaboration des corps (pensons à son David). "Son carnet, c'est sa malle"

Avec une pointe d'orgueil, il dessine la main de son traducteur, Manuel.

"C'est un miracle, maître !"

"Un miracle, non, mon ami, c'est pur génie, je n'ai pas besoin de Dieu pour cela !"

Puis, en arpentant les ruelles, il découvre cette ville envoûtante, tellement différente de Rome ou Florence, il est curieux de tout en suivant son ami, Mesehi. Leur amitié est aussi puissante que discrète.

La lumière d'Istanbul le fascine, dans la mosquée de Sainte Sophie avec sa coupole et ses ouvertures qui font entrer le soleil là où il faut pour que "le visiteur…soit… le centre du dispositif, le flatte, l'exalte et le rassure"

Il doit, invité par le sultan, Bayazid, construire un pont qui enjambera la Corne d'Or, sur le Bosphore, joli symbole de la réunion de l'Orient et l'Occident, dans cette ville qui a vu tant de batailles, parmi lesquelles, celles entre les chrétiens et les musulmans… Où les églises sont devenues des mosquées…

Michel Ange ne se méfie pas assez des jalousies et des complots qui l'entourent, même ici, comme il a déjà rencontré à Rome et Florence…

Tout au long du roman, on sent cette ville qui palpite avec ses coutumes, ses fragrances, ses couleurs, hors de la chambre, de l'atelier.



Le livre écrit en petits paragraphes comme dans un carnet où les épisodes de la vie stambouliote de Michel Ange se télescopent, m'a emportée du début jusqu'à la fin dans un monde de beauté et d'espoir !

L'écriture de Mathias Enard est poétique à souhait avec un brin de philosophie de la vie que l'on perçoit dans les paroles de Michel Ange et Mesehi, son guide-poète.

Il est parti d'un fait historique qu'il a su romancer à sa guise, avec un certain lyrisme, mais avec un réel respect pour ce grand génie que fut Michel Ange.


Merci à Anna-Livia de m'avoir décerné ce prix et je l'offre à ceux ou celles qui passeront (les dix premiers)

39 commentaires:

  1. Tu n'as pas croisé Chic?
    Ton billet me comble une jolie balade dans Bayeux et puis une bonne idée de lecture ,alors que j'étais en panne
    Merci, de quoi occuper mon WE d'astreinte à moins que un incendie,un accident.....
    Bon WE

    RépondreSupprimer
  2. Très joli...
    Le commentaire précédent et les retours en arrière ont éclairé ma lanterne, pour localiser cet endroit.
    J'ai emprunté ce livre à la médiathèque d'Agneaux,je ne l'ai pas encore ouvert , j'ai plein de lectures en attente.

    Lundi, j'irai voir "Dans ses yeux , puis "Tournée"

    Comment vas-tu ?

    RépondreSupprimer
  3. Mon coeur est un beau lac solitaire qui tremble,
    Hanté d'oiseaux furtifs et de rameaux frôleurs,
    Où le vol argenté des sylphes bleus s'assemble
    En un soir diaphane où défaillent des fleurs.

    La lune y fait rêver ses pâleurs infinies ;
    L'aurore en son cristal baigne ses pieds rosés ;
    Et sur ses bords, en d'éternelles harmonies,
    Soupire l'orgue des grands joncs inapaisés.

    Un temple est au milieu, tout en colonnes blanches,
    Éclos dans les tiédeurs secrètes du jasmin ;
    Des ramiers bleu-de-ciel s'aiment parmi les branches...
    Laquelle se mettra la première en chemin ?

    Le lac est vert, le lac est bleu ;
    Voici tinter le couvre-feu.
    Sonnez l'heure aux ondins, petites campanules.

    Dame aux yeux verts, Dame aux yeux bleus,
    Dame d'automne au coeur frileux,

    De votre éventail onduleux
    Venez-vous-en bercer le vol des libellules
    Du crépuscule...

    Les gondoles sont là, fragiles et cambrées
    Sur l'eau dormeuse et sourde aux enlacis mourants,
    Les gondoles qui font, de roses encombrées,
    Pleurer leurs rames d'or sur les flots odorants.

    Les nefs d'amour, avec leurs velours de simarres,
    Captives en tourment, se meurent sur les eaux...
    Oh ! quels doigts fins viendront dénouer les amarres,
    Un soir, parmi la chevelure des roseaux ?

    Laquelle s'en viendra, quand sonneront les heures,
    Voguer, pâle de lune et perdue en un ciel ?
    Laquelle au doux sanglot des musiques mineures
    Taira dans un baiser le mot essentiel ?

    Laquelle - Cydalise on Linda - que t'en semble,
    Te laissera l'aimer, le front sur ses genoux ?
    Qu'importe... l'âme est triste et leurs baisers sont doux...
    Mon coeur est un beau lac solitaire qui tremble,

    O les Belles, embarquez-vous !

    Albert Samain, au jardin de l'Infante


    En fait, c'est à un autre poème d'Albert Samain que je pensais en voyant ta photo de barque, mais je n'arrive pas pour l'instant à le (re) trouver.
    Celui-ci irait bien, avec ta série sur Venise

    RépondreSupprimer
  4. Jolie balade dans Bayeux, vision paisible de l'eau .. J'ai prévu de lire le roman de Mathias Enard, j'avais calé devant zone, mais celui-ci me tente beaucoup.

    RépondreSupprimer
  5. bonjour, une première visite sur ton blog et la découverte de ce roman que tu résumes si bien, je suis comblée et je reviendrai!!
    bon week end
    véro

    RépondreSupprimer
  6. Je suis attirée par l'eau, et ce billet est superbe avec de très belles mosaïques qui mettent en valeur les moulins, lavoirs, roues à aube. J'aime beaucoup. Bon week end Martine et Bises complètement glacées.

    RépondreSupprimer
  7. le roman est très tentant! ...les moulins!on entend l'eau ruisseler...on attend la farine!bon week-end! gelé! ici...

    RépondreSupprimer
  8. Il est splendide ce moulin. Ces photos sont un régal.
    Le livre m'intéresse fortement. Je suis submergé de livres en ce moment car il y a vraiment de très beaux livres qui sortent ces derniers temps.

    RépondreSupprimer
  9. Quelle jolie promenade, quelques fleurettes nous auraient fait penser que nous étions déjà au printemps...
    Le livre est très attirant surtout après avoir ces quelques lignes.
    Bon week end
    Bises
    Danielle

    RépondreSupprimer
  10. Aloïs, Chic est comme un fantôme, un fantôme fulgurant... Je viens de lire aussi "prodigieuses créatures" que j'ai beaucoup aimé, incollable sur les fossiles maintenant !

    Missyves, tu n'as pas reconnu Bayeux, il va falloir que tu viennes marcher avec moi là-bas !
    J'irai voir aussi "dans tes yeux" lundi!
    Merci pour ce beau poême d'Albert Samain que je ne connais pas ! Je vais faire une recherche !

    A bientôt

    RépondreSupprimer
  11. Aifelle, tu n'as pas trop apprécié "zone"? Je vais fouiller dans sa bibliographie ! Bayeux est une ville agréable et calme !

    Bienvenue Giveto, je te souhaite bonne lecture !

    A bientôt

    RépondreSupprimer
  12. Bon week-end à toi aussi Tataze, je suis très contente que ma balade te plaise !

    Bonne lecture aussi Gwendoline, profite de ces week-ends froids et pluvieux !

    A bientôt

    RépondreSupprimer
  13. Dimitri, c'est fou depuis que j'ai un blog, j'ai beaucoup de sollicitations de lecture, aussi !

    Des fleurettes j'en ai photographiées aussi, une prochaine fois...
    Merci Danielle d'être passée, bon week-end !

    A bientôt

    RépondreSupprimer
  14. Que de souvenirs pour moi, ces barques que l´on prenait pour naviguer dans les canaux du parc de Richelieu quand j´étais jeune.
    Je crois que ce livre va me plaire.
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  16. Moulin, lavoir et reflets sur l'eau, j'adore...
    Quant au roman tu en parles avec tant de joie et de passion que je note le titre...
    Merci Martine et bon dimanche

    RépondreSupprimer
  17. Magnifiques ces moulins, ils me font songer à mes balades à Pont-Aven.
    Bon dimanche. Bises.

    RépondreSupprimer
  18. Tatiana nous parle d'Istambul depuis quelques jours. Tu me donnes envie de lire ce livre.

    RépondreSupprimer
  19. Tes arguments pour donner envie de lire ce livre sont imparables, et je vais me le procurer sous peu

    RépondreSupprimer
  20. Oxy, peut-être viendras-tu un jour de ce côté de la Basse Normandie, et je te ferais visiter cette belle ville !
    J'espère que ce livre te plaira comme il m'a plu !

    Oui, un peu de Pont Aven avec en plus, une splendide cathédrale et un petit air bien à elle !

    A bientôt

    RépondreSupprimer
  21. Tu peux le lire Evelyne, tu ne le regretteras pas !

    Toi aussi, Michelaise, voilà un livre qui m'a donné de la joie, pourquoi ? Tu me le diras !!!!
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  22. J'aime beaucoup cette jolie balade dans une ville que je ne connais pas , Bayeux, ai-je compris dans les commentaires..un livre à noter ... vu que tu avais lu "prodigieuses créatures", j'avais beaucoup aimé...du reste quand je regarde ta liste à droite, nous avons eu plusieurs lectures communes ! bonne soirée, Martine...

    RépondreSupprimer
  23. Très belle promenade au fil de l'eau, tu donnes envie de te suivre Martine ! Tu parles très bien de ce livre et me donnes bien envie de te suivre aussi dans ta lecture. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  24. Catherine, je suis contente de te faire découvrir Bayeux et que nous ayons des lectures communes, mais je suis très en retard quant à ma liste de livres lus depuis "Storr" de Françoise Cloarec...
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  25. Odile, alors j'ai deux points positifs !!!!!
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  26. On s'est peut etre déjà croisé

    RépondreSupprimer
  27. J'ai de la chance, la bibliothèque de l'endroit où je travaille l'a acheté : il sera dans mon sac cet après-midi... Bonne journée à toi

    RépondreSupprimer
  28. Très belles photos, qui donnent envie d'aller visiter Bayeux. Et qui enclenchent les rouages de ma pensée, faisant jaillir une association d'idées inattendue :

    Il reste encore trois ou quatre roues sur la Sorgue, dans Avignon. Mais elles ne tournent plus guère. Par contre, celles de l'Isle-sur-la-Sorgue sont très chantantes...
    Laure de Noves, l'Aure de Bayeux, il y a un point commun. Pour s'en convaincre, il faut lire ce poème de Pétrarque, que voici :

    Amour m'a exposé comme cible à la flèche,
    Comme neige au soleil, comme cire au grand feu,
    Et comme brume au vent ; et déjà je m'enroue,
    Dame, à crier merci, et vous n'en avez cure.

    De vos yeux est parti, hélas ! Le coup mortel
    Contre quoi ne me vaut ni le temps ni le lieu ;
    De vous seule procède, et ce vous semble un jeu,
    Le soleil et le feu, le vent qui m'ont fait tels.

    Les pensées sont des dards, le visage un soleil,
    Le désir feu ; et c'est avec toutes ces armes
    Qu'Amour me point, qu'il m'éblouit et me consume ;

    Et l'angélique chant, ainsi que les paroles,
    Le doux esprit dont je ne sais pas me garder,
    Sont L'aure devant quoi ma vie s'en va fuyant.

    Francesco Petrarca


    Voir la citation de Chateaubriand, dans la définition du mot "aure" signifiant souffle d'air.

    RépondreSupprimer
  29. Un lieu MAGIQUE !!
    Douce soirée !
    Nedj

    RépondreSupprimer
  30. ben j'ai pensé que si tu avais croisé une prodigieuse créature...ça devait être moi (cof cof...re-cof)

    RépondreSupprimer
  31. Bonne lecture Margotte ! Tu me diras !

    RépondreSupprimer
  32. Telia, si mon billet et plus précisément l'Aure qui traverse Bayeux t'a inspiré ce poème de Petraque dédié à son amour Laure, j'en suis absolument ravie ! Merci de venir déposer ce beau poème ici si gentiment... Et me faire replonger dans la vie de Pétraque que j'avais quelque peu oubliée mais quand je te parle de Villeneuve-les-Avignon, La Sorgue et puis Arezzo, Florence et même Venise, je pense que ça résonne en toi !!!
    Décidemment, ce billet inspire les poêtes ou celles qui les aiment !

    RépondreSupprimer
  33. Oui, Nehj, une ville agréable et ce n'est pas Chic qui me contredira, n'est-ce pas Chic ?

    A bientôt

    RépondreSupprimer
  34. Merci pour cette belle promenade et encore plus de la recommandation pour le livre. Je vais le retenir, car ton enthousiasme est prometteur d'un très bon moment à passer.

    RépondreSupprimer
  35. Oui, oui, Amartia, il te plaira !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  36. J'aime beaucoup Bayeux pour deux raisons (au moins) :) l'une secrète et l'autre...aussi ;))

    RépondreSupprimer
  37. Deux secrets alors, Chic mais chut...ON NE DIT RIEN, chut....

    RépondreSupprimer
  38. Coucou Martine. Il y a quasiment 2 ans jour pour jour que tu as parlé du livre de Mathias Enard. Je viens de le lire et, franchement, c'est un régal !
    Bises à toi et à bientôt sur des pages plus récentes ;-)

    RépondreSupprimer