mercredi 23 février 2011

Comme un petit air de vacances

 A la grande marée, beaucoup de monde sur le bord de mer ! C'est la pêche à pied qui commence en même temps que la mer descend....


 Ce jour-là il y avait une brume incroyable...


 Mais qu'attendaient les mouettes ? Nous quittions Saint Vast pour....


 Barfleur



 Nous revoilà à Saint Vast !



 Le port de Barfleur




 Le port de Barfleur à marée basse !


Encore Barfleur !


Et pour finir la journée un peu de jazz au village ! 

samedi 19 février 2011

Un bon week-end

 Un petit clin d'oeil à Danielle de Venitiamicio...



Une escapade à Venise, ça vous dit ?
En attendant je vous souhaite un très bon week-end !!!

mercredi 16 février 2011

Un soir en musique après une promenade entre amies

 Le long de la Vire est un chemin de halage qui a été bien remis en état. Il est agréable d'y marcher quand la pluie a quelque peu inondé nos sentiers…






 Ce n'est pas la première fois que je vous entraîne en ces lieux  mais vous pourrez remarquer que le paysage n'est jamais tout à fait le même, suivant l'heure, la saison et la lumière du jour



 Le pont est toujours là...
 Je l'aime bien ce pont roman, et je sais quelqu'un qui est souvent sous un pont, un pont de Paris, c'est Chic ! que vous connaissez, bien sûr !


 Oui, je m'arrêtais de temps à autre pour prendre une ou deux photos mais je peux vous dire que les huit kilomètres, nous les avons fait d'un bon pas, pas au pas de course mais pas loin...
Une petite halte pour admirer les reflets sur la Vire :




Ce soir-là
Ce soir là, c'était Les Folies Françoises qui nous ont livré une exécution très vivante du Teseo de Haendel avec des interprètes-chanteurs à la hauteur de cet opéra en cinq actes, version concert.
• Avec Max Emanuel Cencic Teseo, Mary Ellen Nesi Medea, Emmanuelle de Negri Agilea, Xavier Sabata Egeo, Ana Quintans Clizia, Damien Guillon Arcane


Direction : Patrick Cohën-Akenine

Livret de Nicola Francesco Haym, d’après Philippe Quinault





Argument



Grâce à Ariane, Thésée a tué le Minotaure. Egée, son père en est jaloux parce qu'il aime Agilea. Mais celle-ci aime Thésée. La magicienne Médée en est également amoureuse. Elle use de son art et de ses charmes pour le séduire ne peut rien contre la puissance de l'amour. Egée retrouve son fils, malgré lui. Le livret de Haym est épique grâce aux personnages d'Egeo et de son fils, Teseo. L'intrigue amoureuse est présente grâce à Agilea et de sa suivante Clizia (aimée d'Arcane). Mais le personnage le plus emblématique reste Medea, magicienne et manipulatrice. Au terme de nombreux rebondissements, Egée triomphe, en particulier grâce à l'intervention de Minerve à la fin de l'opéra


 Max-Emmanuel Cencic dans le rôle-titre fut convaincant plus particulièrement après l'entracte (durée du concert 3heures) .Sa voix m'a paru un peu trop "nasillarde" au début, peut-être un peu trop sèche mais la suite et en particulier le duo avec Emmanuelle de Negri (Agilea) me faisait lui pardonner un début un peu surprenant.


Ce duo me ravit au plus au point avec des "cara" et des "caro" d'une beauté renversante


Emmanuelle de Negri vocalise à merveille et semble tout à fait prête à être enrôler pour le même opéra tant elle sait exprimer les sentiments de son personnage !


Quel visage expressif ! Quel charme !

Mais mon coup de cœur fut pour Mary Ellen Nesi dans le rôle de Médée, tellement convaincante dans ce rôle de "méchante", de haine et de jalousie. Très belle voix qui nous émeut parfois dans ce personnage désespéré et puissant. D'ailleurs, sur la scène on ne pouvait pas l'ignorer dans sa robe rouge…

Xavier Sabata dans le rôle d'Egeo, le roi m'a paru tout à fait crédible avec une voix mélodieuse à souhait.

Ana Quintaus en Clizia, dans une ravissante robe bustier trop longue, avec une voix au timbre profond et sensuel était comme en retrait et pourtant la voix me semble loin de ses limites…

Damien Guillon, le troisième contre-ténor, j'ai vu qu'il avait déjà joué le rôle d'Arcane à Nice dans cet opéra, joua son personnage parfaitement d'une voix aisée et très agréable.



De bons, très bons interprètes qui ont su nous emporter du côté d'Athènes, là où se livrait une sacrée bataille dont le héros fut Teseo !

Je suis désolée mais pas le droit de prendre des photos et je n'ai rien trouvé sur Internet...


 

vendredi 11 février 2011

Une abbaye transformée

 Ce dimanche malgré un vent glacial mais un ciel bien dégagé, nous décidions d'aller à la rencontre de l'abbaye d'Ardenne, tout près de Caen, puisque le site de l'IMEC mentionne que le site est ouvert au public le dimanche.



 Le lieu était désert, pas un chat ! La porte étant ouverte, nous y entrâmes, non sans penser qu'on accédait dans un endroit réservé…







A l'origine, vers 1121 cette communauté faisait partie de celle des prémontrés  de l'abbaye de La Lucerne, dans La Manche (ici, nous sommes dans le Calvados). Vous pouvez voir l'historique sur le site de l'IMEC. Effectivement l'abbaye est devenue en 1996 le siège de l'Institut Mémoires de l'Edition Contemporaine.
 Nous avons eu la chance de croiser le gardien devant l'abbatiale qui avait un problème d'alarme dans celle-ci. C'est ainsi qu'il nous ouvrit la porte afin de découvrir l'intérieur transformé en salle de bibliothèque.



 "Mémoire vivante de l'écrit, de l'édition et de la création"



"Créé à l'initiative de chercheurs et de professionnels de l'édition, l'Institut Mémoires de l'édition contemporaine (IMEC) rassemble, préserve et met en valeur des fonds d'archives et d'études consacrés aux principales maisons d'édition, aux revues et aux différents acteurs de la vie du livre et de la création : éditeurs, écrivains, artistes, chercheurs, critiques, graphistes, libraires, imprimeurs, revuistes, agents littéraires, journalistes, directeurs littéraires... Mémoire vive du livre, de l'édition et de la création, ce patrimoine, jusqu'à présent inaccessible et largement inédit, contribue au développement des recherches scientifiques sur la vie littéraire, artistique et intellectuelle contemporaine, sur ses créateurs et ses médiateurs, sur ses réseaux et ses institutions, sur son économie et ses productions."






Le printemps commence à pointer le bout de son nez !!!!
 
 
 "L'abbaye aujourd'hui"



"À partir de 1996, l'IMEC élabore la restauration de l'abbaye, en collaboration avec Bruno Decaris, architecte en chef des Monuments historiques. Les travaux sont financés par le Conseil Régional de Basse-Normandie, avec la participation de l'État, par le biais de la DRAC Basse-Normandie. Cette restauration s'articule autour des deux espaces historiques de l'abbaye :


• l'abbatiale, transformée en bibliothèque de 80 000 ouvrages, offre aux chercheurs le calme et la sérénité qu'avaient par le passé les bâtiments conventuels,


• la grande cour de ferme et la grange aux dîmes accueillent manifestations, colloques et expositions.


L'abbaye retrouve ainsi après plusieurs siècles un rôle intellectuel et culturel, et la répartition des bâtiments et de leurs activités respecte symboliquement le découpage séculier/régulier. "





Mais pourquoi je vous raconte brièvement notre rencontre avec l'abbaye d'Ardenne/ IMEC ? Il est des lieux que l'on aperçoit au bout d'un chemin, comme ça, au hasard et qui nous" parlent". Dorénavant je regarderai le programme des conférences, lectures, expositions. Il règne ici une vie intense… Comment se fait-il que l'information ne vient pas jusque dans le département voisin ? Je sais, je sais, il faut vouloir trouver l'information même si je ne me prétends pas chercheur…


Une belle découverte !

mardi 8 février 2011

Une histoire à Port en Bessin

 Jeudi, jour du poisson pour nous, j'allais l'acheter à Port en Bessin, comme souvent…






 Le temps était variable ce jour-là mais je réussissais à photographier bateaux et oiseaux de mer après avoir choisi un turbot et quelques coquilles sous la halle.







 Un brin de soleil a éclairé le bassin, je fixais donc quelques reflets....




 Je me souvenais qu'une copinaute, Aifelle, nous avait parlé d'un film qui se déroulait juste là,  une histoire simple, âpre mais tellement pleine d'espoir...




 La marée était calme ce jour-là, le silence régnait sur les quais...





 Au loin on apercevait les falaises dans la brume...




Le soir même nous allions le voir, je ne vous raconterai pas l'histoire, je vous dirai tout simplement : A voir absolument ! Je vous avouerai seulement que j'ai versé une larme en voyant la mère qui essaie de communiquer avec son enfant, à l'école derrière la porte des toilettes…

 Toutes les critiques sont bonnes, j'ai relevé que des valeurs positives : Sincérité, tact, justesse, lucidité, grâce, délicatesse, subtilité, renaissance, espoir… Je vous le redis : allez le voir !









Dans la salle du cinéma, j'entendais des dames qui reconnaissaient des lieux, des maisons, des bateaux…


 Je terminerai par cette citation de Françoise Delbecq, relevée dans ELLE : "Une love story renversante comme une lame de fond."







 
La gente ailée serait-elle devenue cabotine à Port en Bessin ?

mercredi 2 février 2011

Gondoli, gondola...

" Sur l'eau verte, bleue ou grise

Des canaux et du canal,

Nous avons couru Venise

De Saint-Marc à l'Arsenal.



Au vent vif de la lagune,

Qui l'oriente à son gré,

J'ai vu tourner ta Fortune,

O Dogana di Mare!


 Souffle de l'Adriatique,


Brise molle ou sirocco,

Tant pis, si ton doigt m'indique

Fusine ou Malamocco !


La gondole nous balance

Sous le felze, et, de sa main,

Le fer coupe le silence

Qui dormait dans l'air marin...."

Henri de Régnier Poète et écrivain à Venise


(1864 - 1936)



" Pas un bruit.


Seuls les gondoliers se racontent.

Les rames bruissent à peine et

des églises, des canaux

une nuit inconnue nous fait signe..."

Rainer Maria Rilke Poète à Venise (1875-1926)


"...Les gondoles sont là, fragiles et cambrées


Sur l'eau dormeuse et sourde aux enlacis mourants,

Les gondoles qui font, de roses encombrées,

Pleurer leurs rames d'or sur les flots odorants..."
Albert Samain