lundi 30 mai 2011

Aucune possibilité de vous répondre sur mon blog...

 J'ai perdu patience avec les réponses à vos commentaires que je ne peux pas mettre sur mon blog alors je viens partager avec vous quelques photos de ma promenade à Giverny. C'est avec un réel plaisir que j'ai revu ce lieu enchanteur? N'est-ce pas Aifelle ...



Nous avons eu la chance de visiter la maison sans la foule qui arriva vers 14h !


L'atelier du maître




 Admirons!


 Les fameux iris


Un vrai tableau!

Ce soir, tout est compliqué ! Je vous laisse dans ce merveilleux jardin...
J'espère que j'aurais accès à mon blog pour vous répondre
Merci à tous pour vos commentaires.
A bientôt

ça marche ???? Help !!!!!!!!

mercredi 25 mai 2011

Un week-end intense

 En quittant ma lecture, mon banc et mon jardin, j'allais d'un pas léger écouter la chorale d'une copinaute !!!

Sculptures et toiles décoraient avec bonheur cet espace...


 Le temps des roses s'est installé au jardin avec une générosité incroyable! 


 La chorale et Missyves


 Les pivoines font la fête au jardin


 Le samedi soir, sur Mezzo, passait en direct  Atys, l'opéra de Lully... Grandiose !!!! Et je trouvais qu'au même moment les couleurs du coucher du soleil correspondaient tout à fait à celles des personnages sur l'écran...


 Le dimanche, nous passions par Bricquebec et nous arrêtions pour admirer les toiles d'une copinaute, Hirondelle qui exposait dans un agréable jardin...


 Je la félicitais vivement d'avoir la patience de tenir ses toiles exposées au vent qui soufflait par raffales depuis le matin...


 Le soir nous passions par Bayeux où l'éclairage de la ville et du ciel, au crépuscule, donnait un petit air vénitien  à l'ensemble...
Un beau week-end!

vendredi 20 mai 2011

Dans le bocage contançais


Nous nous étions donné rendez-vous sur le parking des" Jardins d'Argences". Et encore une fois j'arrivais avec trois minutes de retard (tracteur puis estafette tirant un tracteur-tondeuse tombant en panne dans la pente de Courcy)… Françoise/Aloïs/Autourdupuits m'attendait en se faisant bronzer, je n'osais lui demander depuis combien de temps elle était arrivée…



Notre promenade dans les jardins promettait d'être agréable, le soleil étant arrivé dès cet instant. Chacune, armée de son APN, nous avancions sans perdre aucun détail et comme avec Oxy, nous écrivions déjà à ce moment-là une partition printanière à quatre mains…


Le lieu est composé d'un ensemble harmonieux de jardins à la française et à l'anglaise. Des buis taillés en topiaires, des haies d'ifs et de charmilles séparent et structurent les 9 jardins. Des allées bordées  dessinent des perspectives inattendues. L'architecture des jardins a été pensée par la propriétaire comme un roman ! Voir le billet d'Autourdupuits et le site des jardins. 


 L'eau (rivière, bassin, fontaine, fossés, étang, douves) est aussi le fil conducteur de cet espace qui devient plus vivant. Poissons, grenouilles, libellules… égayent les différents lieux créés.



 
 Harmonie, poésie, calme, mots qui viennent immédiatement à l'esprit en marchant le long des allées, apportés également dans ce paradis végétal par le choix des plantes et fleurs.


Un festival de plantes vivaces (delphiniums, pivoines, lupins, rhododendrons, nepetas, roses…) qui chacune à sa manière, souligne d'un trait particulier, l'espace, d'une beauté éphémère.






Promenade apaisante en sous-bois le long d'une petite rivière pour rejoindre l'étang et ses nénuphars bordés de gunneras (grandes rhubarbes), "le jardin d'eau"


Qu'il est doux de lire, abritée par ces gunneras gigantesques...


Si je vous disais que j'ai passé un bel après-midi, en très bonne compagnie dans un endroit charmant !!!

lundi 16 mai 2011

Deux regards sur un jardin


Il est un jardin que j'aime bien visiter régulièrement au fil des saisons. Non seulement parce qu'il se trouve près de chez moi (ce n'est pas négligeable!) non seulement que la propriétaire charmante et passionnée peut vous réserver un accueil chaleureux et instructif, non seulement que ce soit un jardin intimiste avec plein de recoins propices à la promenade, à la méditation, au rêve ou tout simplement à la lecture… Enfin j'aime y venir et m'y installer pour l'après midi pour toutes ces raisons que je viens d'énumérer !



Ce jour-là j'y arrivais avec Oxy, une copinaute presque voisine, que je devais rencontrer depuis plusieurs mois et nos différents voyages nous ont fait reculer à chaque départ cette rencontre. Voilà, nous nous sommes donné rendez-vous simplement dans le parking de ce merveilleux endroit que vous découvrirez encore une fois sur mon blog,  après la visite des jardins de Castillon sur le blog d'Oxygène qu'elle nous a absolument bien décrits sans oublier nos parties de fou rire comme deux adolescentes qui se retrouvaient après tant d'années !!!!



Ce jardin, je l'ai découvert grâce à ma sœurette qui habitait dans l'Orne et beaucoup plus petit, j'ai pu le voir évoluer d'année en année. Il se trouvait déjà joliment habité par la créativité de sa propriétaire. Colette Saint Beuve, comme je vous le disais, est une passionnée de fleurs, d'arbres, d'arbustes, de décorations de jardin, d'architecture végétale. Il faut voir toutes les perspectives qui changent au gré des déambulations, dans les allées et petits sentiers, les harmonies de couleurs suivant les saisons et l'emplacement des plantes, les décorations qui font partie intégrante du paysage.



 Ah ce coin japonisant tout à fait original avec son petit kiosque rouge, sa fontaine en bambou qui égrène un bruit d'eau sympathique au milieu du feuillage blanc et d'un camaïeu de verts qui en ce printemps sec nous laisse une note de fraîcheur assez remarquable ("je n'ai pas encore commencé l'arrosage automatique!" nous dira notre guide à la fin de la visite trop vite arrivée et pourtant nous y étions ici depuis plus de deux heures !  





J'espère que cette partition à quatre mains ou au double regard vous plaira, en tout cas si vous passez par là je vous encourage vivement à y jeter un œil, un œil de connaisseuse ou connaisseur !!! Il y a aussi des pépinières où vous pouvez trouver une plante ou un arbuste et même un bébé-arbre que vous aurez remarqué lors de votre balade dans ce petit coin de terre normande!
 Le fameux arbre aux mouchoirs

Quand je suis rentrée à la maison, j'ai vu l'étendue du travail que j'avais encore à faire dans mon jardin sans vouloir concurrencer "les jardins de Castillon" (vous ne prononcer ni le "s" ni les deux "l" à la mode de chez nous !)  loin s'en faut !
Quelques unes des fleurs qui s'épanouissent dans ce jardin merveilleux...

Mais la visite des jardins ne fait que commencer cette année avec l'éclosion des roses, car je crois bien qu'une autre copinaute que j'avais emmenée aussi à Castillon vous présentera un autre jardin, différent avec d'autres charmes, que nous avons arpenté de concert tout un après midi aussi ! A bientôt

vendredi 13 mai 2011

Mon dernier billet a disparu !

 Il est tard, je n'ai pas le courage de le recommencer... Le titre : "Entre le jardin et le théâtre" pour une soirée concert...


 Les iris sont superbes cette année, beaucoup de soleil et peu de pluie.


 N'est-ce pas merveilleux de faire sa sieste parmi les fleurs ? Horus a tout compris!


 Des fleurs encore des fleurs... Le printemps est un vraie fête au jardin !



 Encore des iris et des roses...


 Et ce soir-là c'était concert avec Farinelli !


 Résumé du concert de ce soir sur le site du théâtre de Caen :


"Après le magnifique programme Purcell – Handel présenté en 2009 avec Ann Hallenberg, Christophe Rousset et Les Talens Lyriques sont de retour sur la scène caennaise pour fêter leurs vingt ans. Pour célébrer avec faste cet événement, l’ensemble baroque a choisi de revenir sur l’un des projets phares de ses débuts : la bande-son du film Farinelli, il castrato, réalisé en 1993. Un long métrage à succès qui a permis de faire découvrir à un large public l’univers des castrats, et plus particulièrement l’histoire de Carlo Broschi, mieux connu sous le nom de Farinelli. Dès le début du XVIIIe siècle et pendant plus d’un siècle, les castrats vont dominer toutes les scènes européennes. On se presse dans les théâtres pour venir écouter le dernier opera seria, on retient son souffle pendant les arie da capo. Les castrats sont de véritables vedettes et Farinelli est adulé. Après avoir été formé par le grand compositeur napolitain Nicola Porpora, Farinelli débute sa carrière à l’âge de quinze ans. Il est invité dans les théâtres les plus prestigieux avant de s’installer à Londres. Au faîte de sa gloire, le chanteur accepte l’invitation de la cour d’Espagne, qui espère faire de la voix du castrat un remède à la neurasthénie de Philippe V. Il y reste plus de vingt ans, avant de passer les dernières années de sa vie dans la solitude, à Bologne. Le temps d’une soirée, la mezzo-soprano Ann Hallenberg et Les Talens Lyriques dirigés par Christophe Rousset nous font revivre les plus beaux airs qui ont construit la légende du castrat Farinelli." Théâtre de Caen


 Les Talens Lyriques
Christophe Rousset direction
Ann Hallenberg mezzo-soprano
Le concert :

Riccardo Broschi (1698–1756) (le frère de Farinelli)
Extraits de l’opéra Artaserse – Extraits de l’opéra Idaspe
Johann Christian Bach (1735-1782)
Symphonie en sol mineur op. 6
Nicola Porpora (1686?-1766) ( le professeur de chant de Farinelli à Naples)
Extraits de Semiramide riconosciuta – Extraits de l’opéra Polifemo
Leonardo Vinci (1685-1759)
Extraits d’Il Medo
Leonardo Leo (1694-1744)
Extraits de Catone in Utica


Une soirée en compagnie d'un orchestre, les Talens Lyriques, sous la baguette du chef d'orchestre, Christophe Rousset et sous le charme de la voix de la mezzo-soprano, Ann Hallenberg, nous remis en mémoire le très joli film "Farinelli". La musique avait été réalisée grâce à la prestation magnifique des Talens Lyriques.
Justement Ann Hallenberg fut sublime à la fin en entamant les airs de ce fameux film, son "lascia ch'io pianga fut applaudi copieusement!!! Une belle soirée !

jeudi 5 mai 2011

Au bout du chemin, la mer

Samedi, j'accompagnais mes parents dans  leur promenade à la pointe d'Agon, un endroit où la nature a encore certains droits d'exister…
 Le phare de la pointe, datant du XVIIIe siècle d'où l'on peut voir un panorama assez exceptionnel du havre et de la baie avec les petits voiliers qui viennent y mouiller…





 Dans les branches du vieil arbre, le vent s'est engouffré pour nous jouer un petit air marin qui raconte un voyage lointain vers d'autres rives…

La baie de Sienne, un petit fleuve qui se verse dans la mer à cet endroit exactement, juste


dans le havre de Regnéville où l'on peut observer les moutons de pré-salé qui rentrent le soir à la bergerie quand la marée monte…

Poussés par le chien et la voiture du berger, ils vont tranquillement devant leur "maison"






 Sur l'autre rive, le village de Regnéville



Au retour dans le ciel on assistait à un spectacle de haute voltige, deux avions qui arrivaient par l'ouest se croisèrent… en s'évitant tout naturellement !!!!