mercredi 29 juin 2011

Flambée de joie


 C'était dans une grande ferme qui date du 13e siècle et  remaniée au 17e siècle, dans le Calvados où une partie de notre chorale était invitée à l'occasion de la fête St Jean.




 Pendant que les canards cancanent...


 Fleurs qui décoraient les tables du dîner dans la grange...


Il suffit d'un grand bûcher  réalisé avec des palettes réformées, au milieu d'un champ pour célébrer l'arrivée de l'été.



 Les flammes crépitent sous les étoiles pendant que notre chorale entonne des chants et que les enfants tournent autour du feu en farandole sous l'œil vigilant des parents





 Fêter le solstice d'été dans une certaine tradition. Savez-vous que la fête de St Jean se fête le 27 décembre et que le 24 juin c'est la fête de St Jean Baptiste? Voir ici




 Le feu d'artifice qui suivit...


Une belle soirée estivale

vendredi 24 juin 2011

Ode à la rose


 On quittait les quais de la Seine et ses ponts vus d'en dessous et ses petits canards pour continuer cette semaine en beauté vers les jardins de Bagatelle où nous avions rendez-vous avec Catherine, l'amie d'une copinaute.





 C'était par un après-midi chaud, très chaud, nous avions longé la Seine du côté du pont de Suresne et déjeuné dans cette ville inconnue, au bord du marché qui avait un petit air provençal, dans un restaurant italien (tiens, tiens…)

 Les reflets


 Les péniches sur la Seine



 Catherine nous attendait devant les grilles de l'entrée de Bagatelle.


 Les iris


 Des roses, des roses, des roses....

Tout en bavardant et photographiant toutes ces beautés fleuries nous marchions en recherchant presque l'ombre dans les allées du potager puis de la roseraie…
Un véritable festival de couleurs et de parfums s'offrait à nous pour notre plus grand bonheur et je prenais un certain plaisir à photographier cet espace floral et ses hôtes toutes plus jolies les unes que les autres…



Laquelle préférez-vous ? Ici, on a l'embarras du choix!


 Un bel après midi sous le signe de la rose que nous terminions assoiffés devant un jus de fruit bien frais en s'échangeant des réflexions sur l'improbable rencontre que nous venions de vivre grâce à ce monde virtuel qu'est la blogosphère! Vous pouvez voir les photographies de Catherine sur le blog de VenetiaMicio et celui de Norma. Malheureusement Catherine n'a pas de blog mais je peux vous dire qu'elle suit avec attention nos blogs!!! Je vous recommande en particulier ses photos de Venise et son carnaval!

dimanche 19 juin 2011

Séquence parisienne

 Voilà quelques mois déjà où nous n'étions pas allés dans la capitale. En bons provinciaux, il nous fallait voir absolument les expositions du moment qui nous attiraient particulièrement.
L'Amoureux voulait voir "Brassens", le chanteur-poète qu'il affectionne beaucoup. Je vous dirais que ce n'est pas pour me déplaire, oh que non!!! Sinon je serais allée faire du shopping!
Ce fut "les frères Caillebotte" pour mon choix et tous deux, nous voulions voir "Manet".

C'est parti! Photos, maestro! J'essaie de les présenter dans l'ordre de la semaine qui a passé trop vite…


 L'exposition consacrée à Brassens nous sembla immédiatement un brin nostalgique, souvenir d'un spectacle vu ensemble avant de se marier…Exposition fort bien réalisée qui nous a permis de revoir cette période et tous les artistes qui entourèrent Brassens de près ou de loin dans tous les domaines artistiques à l'aide de photos, manuscrits, vidéos, cassettes audio...


 J'ai beaucoup, beaucoup aimé l'exposition des frères Caillebotte, cette idée originale de nous présenter en parallèle les photographies et les toiles, dans un hôtel particulier sublime qui m'a fait penser aussi à Venise, peut-être aussi grâce à la merveilleuse fresque de Tiepolo, que "Les idées heureuses" nous a déjà présentée.
 Michelaise nous  a déjà parlé de cette expo et Françoise aussi. Je ne vais pas plagier. Je n'en dirai pas plus si vous voulez plus d'informations c'est ici.




Fresque de Tiepolo


 Les ponts de Paris, petit clin d'oeil à Chic que tout le monde connait!



Le Louvre, vu des quais de Seine

 Expo "Manet" où nous avons eu le plaisir de retrouver mon guide préférée qui nous avais déjà présenté cette expo. C'est agréable d'échanger dans le vif du sujet nos impressions et ressentis malgré la foule d'un jour férié!


Le musée d'Orsay

 Paris sans la musique, ce n'est pas possible!



 Rencontre imprévue sur les berges...


Il faisait chaud ce jour à marcher le long de la Seine (du Chatelet au musée d'Orsay, aller-retour)
Mais c'était presque la canicule, fin mai à Paris, quand je retrouvais une autre copinaute (enfin pour celles qui la connaissent, la photographe attitrée du blog de Venitiamicio, Catherine)
Prochaine balade, je vous donne rendez-vous à la roseraie de Bagatelle!

mercredi 15 juin 2011

Festival à Saint Malo, beau port de mer

 Le festival "Étonnants voyageurs" à Saint Malo revenait au devant de la scène ce week-end de Pentecôte encore plus riche de thèmes, dans un éventail de domaines qui se croisent, ici, exactement : littérature, poésie, gastronomie, imaginaire, musique, cinéma, photographie…
Une copinaute, Margotte, rencontrée là-bas trop rapidement me disait : "un jour ne suffit pas à explorer cette manifestation internationale, multiculturelle". Je lui répondais : "Trois jours non plus!"


Cette fois-ci aussi il a été question de choix car le festival étant victime de son succès, il ne fallait pas compter assister à deux interventions dans la matinée ou après midi, à moins de rester dans la même salle depuis le début des conférences, d'autant que les sites sont éparpillés dans la ville…
Oui le festival ne se résume surtout pas à un salon du livre et les rencontres foisonnent dans de multiples espaces.




Cette année, je me suis essentiellement partagée entre la tente des "saveurs du monde" et l'école de la marine, sans oublier le salon des livres et pour terminer ce week-end dans la rotonde où l'on a pu admirer des expositions de photographies et peintures.



"Plaisirs de langue, plaisirs de bouche" fut le premier thème abordé avec Olivier Roellinger, le grand chef "trois étoiles" et son invitée Radhika Jha.




Radhika Jha, jeune écrivain indienne ("Des lanternes à leurs cornes attachées", "le cuisinier, la belle et les dormeurs", "l'odeur") m'a vivement intéressée et donné envie de visiter son pays.

Elle nous parla de ses quatre livres et surtout de la tradition culinaire de son pays où "l'on cuisine pour se détacher de l'animal en nous", où "la cuisine est une danse pour équilibrer le chaos" et "la saveur, création et pouvoir de l'homme".




Comment décrire cette auteure sinon comme une citoyenne du monde, d'origine orientale; indienne qui considère la danse indienne (l'odissi) comme son "ancre". Elle revendique son identité car pour elle, être née quelque part est très important (elle est née à Delhi, a vécu, au Kenya, à Paris, à Londres et maintenant au Japon)
La culture indienne où tout se discute, n'a pas d'idée fixe et Jha pense que  la simplicité est la vertu la plus difficile à atteindre.
Elle nous conta aussi le rôle sacré de la vache, mère nourricière, Gao Mata c'est-à-dire la mère des vaches, comme une mère universelle, pleine de douceur qui donne son lait à tous, protégée parce que sacrée. Elle est le pilier de la civilisation indoue. C'était la présentation de son dernier livre "des lanternes à leurs cornes attachées"
Les thèmes suivants furent abordés :
L'ambiguïté de la cuisine, tuer et nourrir
Le chef cuisinier comme un chasseur, un grand prêtre qui prépare des potions magiques
La cuisine comme un ballet, comme un théâtre (le raffinement de la cuisine indienne!)
A la recherche des épices, des odeurs d'encens, le parfum de l'épice permet d'entrer en relation avec l'au-delà…. 


Olivier Roellinger aborda la création des caravelles par les occidentaux qui partirent à la découverte des ces pays pour les  évangéliser et en fait ils découvrirent un jardin d'Eden. On assistait là à une grande respiration entre l'Inde et l'Occident


 Je ne connaissais pas encore cette auteure mais sa prestation m'a convaincue et je me suis précipitée sur le stand de son éditeur, Picquier, pour me procurer "l'odeur" qui est celui qui m'attire le plus, après on verra!


Et pour terminer aujourd'hui, je vous propose cette composition qui m'a beaucoup plu et vous?

mercredi 8 juin 2011

Jazz sous les pommiers, Bonnard à Giverny

 Jacques Gamblin, en conteur de Jazz, était le seul programme que nous pouvions choisir cette année à Jazz sous les pommiers, festival qui fêtait ses 30 ans.


 C'est avec bonheur que nous avons assisté à la création du nouveau spectacle de J Gamblin et Laurent de Wilde et son ensemble. Ils nous content une histoire de musicien, d'un apprentissage laborieux, de professurs de piano et guitare et d'une Lady Jazz que l'apprenti musicien, J Gamblin doit conquérir…


Par le jeu du comédien, le talent de l'orchestre dirigé par Laurent de Wild, la littérature, les mots se marient par magie avec le jazz, les notes!
Inutile de vous dire que nous avons passé une très bonne soirée !




 La cathédrale de Coutances, ville de la Manche où se passe "Jazz sous les pommiers"




Le lendemain  nous prenions la route pour Giverny…





 Plus de 80 peintures, dessins et photographies de Bonnard sont exposés autour de documents d'archives qui racontent essentiellement sa "période normande"

Des paysages, des scènes d'intérieur, natures mortes et nus nous montrent ici, au musée des impressionnistes à Giverny, une période féconde de la production de ce peintre.
J'ai peut-être plus aimé ses dessins à l'encre et au crayon que ses peintures qui malgré les thèmes et l'usage de la couleur n'ont pas été pour moi un coup de cœur. Faut-il que j'y retourne pour mieux apprécier ?


 Je vous raconterai bientôt où j'ai ressenti une belle émotion lors d'une exposition à Paris. Autourdupuits le sait  mais chut!!!



Cette mosaïque aurait dû se trouver en début de billet mais impossible de l'y placer???? Coutances et sa cathédrale et son hôtel de ville, la première nuit du festival... A l'année prochaine!

jeudi 2 juin 2011

Continuons notre promenade à Giverny

 « J’ai mis du temps à comprendre mes nymphéas… Je les cultivais sans songer à les peindre… Un paysage ne vous imprègne pas en un jour… Et puis, tout d’un coup, j’ai eu la révélation des féeries de mon étang. J’ai pris ma palette. Depuis ce temps, je n’ai guère eu d’autre modèle. »
Monet
 « Il est indispensable de faire le pèlerinage à Giverny, dans ce sanctuaire fleuri, pour mieux comprendre le maître, pour mieux saisir les sources de son inspiration et pour l’imaginer toujours vivant parmi nous. »
Gérald Van der Kemp


 « Je suis allé parfois m’asseoir sur le banc d’où Monet a vu tant de choses dans les reflets de son Jardin d’eau. Mon œil inexpérimenté a eu besoin de persévérance pour suivre de loin la brosse du Maître jusqu’aux extrémités de ses révélations.»
Clemenceau



 « J’ai peint beaucoup de ces nymphéas, en modifiant chaque fois mon point de vue, en renouvelant le motif suivant les saisons de l’année, et par suite, suivant les différences d’effet lumineux qu’engendrent ces changements. L’effet, d’ailleurs, varie incessamment. L’essentiel du motif est le miroir d’eau dont l’aspect, à tout instant, se modifie grâce aux pans de ciel qui s’y reflètent,


 
 Clin d'oeil à Oxygène!


 , et qui répandent la vie et le mouvement. Le nuage qui passe, la brise qui fraîchit, le grain qui menace et qui tombe, le vent qui souffle et s’abat brusquement, la lumière qui décroît e qui renaît, autant de causes, insaisissables pour l’œil des profanes, qui transforment la teinte et défigurent les plans d’eau. »
Monet à Thiébault-Sisson

 Et je vous laisse terminer cette balade ... Chut! Si vous voulez d'autres informations sur ce lieu merveilleux c'est ici



A bientôt