vendredi 30 septembre 2011

Symphonie d'automne


 Il suffisait d'un soleil radieux, d'un ciel bleu éclatant, d'une profusion de fleurs , d'un brin d'instant gourmand, d'une douce brume sur les collines, d'un lever de soleil resplendissant,  pour me croire en automne. Vraiment ? J'en doute ! Si, si, je vous montrerai la prochaine fois les signes qui nous prouvent que l'automne est bien là, enfin il paraît que la semaine prochaine…











En attendant, je vous souhaite un très bon week-end ! Profitez bien de ce bel été indien !

dimanche 25 septembre 2011

Un début d'automne en bleu


 Il suffisait de rejoindre le sud-ouest pour retrouver le ciel bleu et la chaleur d'un été indien. Nos vieilles douleurs partiront-elles pour autant en replongeant dans l'eau salvatrice des sources chaudes de Lectoure ? On verra bien ! Déjà le décor automnal de cette campagne gersoise me réconforte, ainsi que ces après midis, comme aujourd'hui, à lire et faire la sieste sous la treille …

 Une montgolfière dans la brume du matin qui passe au-dessus de la maison...

 
 La collégiale de La Romieu


 Les volubilis d'un bleu éclatant


 La cloche de l'hôpital de Lectoure où avait lieu ce matin un vide-grenier sous les arcades




A très bientôt et bonne semaine !

mardi 20 septembre 2011

Week-end de fin d'été

 Ce week-end, il y a eu un arrêt à Giverny pour voir l'exposition de la collection Sterling Clark. Admirable !


 J'ai eu un immense plaisir en particulier à découvrir les toiles inédites en France, de Renoir comme "la lettre", "pommes dans un compotier", "Marie-Thérèse Durand-Ruel cousant", jeune fille endormie", "les oignons", "jeune femme au crochet"… Il y a 21 toiles de Renoir et celles d'autres peintres comme Monet bien sûr, Sisley, Caillebotte, Boudin, Corot, Pissaro, Berthe Morisot…


 Peintres qui allaient se restaurer au café Baudy et faire la fête dans son jardin derrière, là où l'on trouve de charmants bosquets et des bancs et chaises pour se reposer, rêver, peindre…
Au-dessus du restaurant il y avait quelques chambres.


 
Dans le jardin, on peut voir un atelier d'artiste qui est resté "dans son jus"…



 Ce week-end, nous étions dans l'un des sites du circuit "découvertes du patrimoine" d'un petit village de Seine et Marne, Jouy-sur-Morin.

Le site du château de Chauffour, loué à l'occasion de petites cousinades de la grande famille de mon Amoureux.

Jouir! D'un parc immense, d'une piscine couverte et de cours de tennis pour une rencontre de trois jours, il ne fallait pas espérer mieux pour ces retrouvailles…


 Avant de reprendre l'autoroute, sous une pluie battante, à ne plus voir les marquages au sol, on s'arrêtait au parc de Sceaux, où j'aime m'arrêter et retrouver des souvenirs…


Et dans mon jardin, des larmes de pluie tombaient  sur mes fleurs...

C'est bientôt l'automne !

lundi 12 septembre 2011

Un jardin extraordinaire en bonne compagnie

 En ce beau jour d'août, journée estivale s'il en est, avec Odile des cerisiers de l'Aube, nous avons déambulé dans ces jardins du pays d'Auge en toute tranquillité puisque nous faisions l'ouverture !



 Il fallait voir les deux blogueuses "mitrailler" les fleurs, les arbustes, les arbres, les statues, l'eau qui jaillit de nulle part, les bâtiments typiquement normands ! Ce qui ne nous  empêcha pas de papoter comme deux amies de toujours



 Pour terminer cette matinée à herboriser à deux voix, nous avons dégusté une galette normande à l'ombre de cette maison typique à pans de bois, entourées par des guêpes qui devenaient envahissantes au fur et à mesure que nous bavardions ! C'est fou comme ces rencontres peuvent être passionnantes ! Et je quittais Odile dans l'espoir de la revoir à Paris !


Je vous laisse imaginer et découvrir ces petits coins de verdure fleuries essentiellement d'hydrangeas, agapanthes, flox, roses, anémones du Japon, nénuphars…



 Et quand je pense que j'ai oublié de lui parler de Colette ! Ce n'est que partie remise !




 Malgré le vilain temps qui a (trop) sévi sur la Normandie cet été, (alors que l'eau manqua au printemps pour le foin), il fut pour moi écrit sous le signe des jardins et comme on dit par ici : "I' faut ben d'lio ! "







 A bientôt

vendredi 9 septembre 2011

Juste pour rêver








Biographie retrouvée dans ma bibliothèque qui m'a donné envie de continuer à lire Colette que j'avais abandonnée depuis mon adolescence et Margotte m'avait incitée à participer pour la première fois à un challenge de lecture, justement le challenge Colette… Et vous pouvez, je pense, vous inscrire là.


 Le biographe replace bien Colette dans son époque, dans "son" Paris et dans la vie mondaine qu'elle suivait en assistant  à toutes les premières théâtrales, étant invitée dans certains salons à la mode, elle fut aussi artiste de music' hall, de théâtre…

 En fait une belle vie parisienne et intense où elle pouvait rêver de temps en temps à sa chère maison d'enfance, à la campagne et à sa chère Sido…
 Colette voyageuse, pour ne pas dire vagabonde comme elle se nomme elle-même, arpentait la France, de la Bretagne à la Provence, en passant par la Suisse… Dans Paris elle déménagea neuf fois…

Admirée et adulée par les hommes, elle fréquentait aussi quelques femmes jusqu'à en devenir leur amie intime comme avec Missy qui lui offrit la maison de Rozven…

Ses trois mariages (avec Willy, Henry de Jouvenel et Maurice Goudeket) marqueront tous ses écrits.

 L'auteur nous présente une femme passionnée, entourée de ses chats. Colette, femme libre, fut un écrivain à fort tempérament, dans ce monde littéraire peuplé essentiellement par des hommes en cette première moitié de siècle !

Marc Andry, d'une écriture claire, poétique et élégante dans cette biographie plaisante à lire, nous retrace une Colette,  dans et de son temps, femme tout à fait remarquable.

jeudi 1 septembre 2011

Entre haras et cathédrale

 Une petite visite au haras de Saint-Lô


 Deux cobs en action dans la cour du haras





 Exposition de peinture au haras


 Cathédrale de Bayeux















Coucher de soleil