mercredi 1 février 2012

Une amie, un livre, une exposition


 Je vous avais déjà présenté, ici, (clic) le dernier opus de Françoise Cloarec, "Storr, architecte de l'ailleurs", chez Phébus,  dans lequel Françoise  raconte la vie quelque peu originale de cet artiste qui excellait dans l'art brut et son parcours d'enfant de l'Assistance publique.



  Et bien, j'ai reçu il y a quelques jours un mail de " ma plus ancienne amie de lycée", comme elle aime à me nommer, m'annonçant que l'exposition des toiles de ce peintre presque inconnu avait lieu en ce moment à la mairie du 20 e arrondissement de Paris. Quelques 60 toiles y sont exposées, à l'initiative de  Liliane et Bertrand Kempf (les collectionneurs). L'entrée est libre, il faut le souligner, jusqu'au 31 mars.


J'espère pouvoir programmer cette visite bientôt, en attendant, je ne saurais vous encourager à aller voir cette exposition si vous êtes intéressés par l'art brut et l'architecture imaginaire, d'un visionnaire hors norme !

Et si vous êtes trop loin de Paris je vous recommande de nouveau et  vivement ce livre et aussi le catalogue de l'exposition.

Extraits :
…"La dernière série qui compose l'œuvre de Marcel Storr va de 1969 à1975. Ce sont des villes fantastiques, inventées, irréelles."

…"On ne sort pas des villes de Marcel Storr."

…"Il bâtit dans le langage plastique une forteresse. "

"C'est manifeste, il faut qu'il invente sa présence au monde. "

"Il s'agit de cités du futur."

"Toute la sensibilité dont M.S. est capable, la poésie, l'émotion passent par les dessins, pas dans sa vie, pas dans sa relation aux autres"

"…de mettre à distance le quotidien."

"Ses dessins ne sont, à ses yeux, pas des dessins, ce qu'il veut, c'est que tout cela vive. D'ailleurs il ne dessine pas, il est dans le dessin."

"Pour voir il faut du temps. Il faut aussi du temps pour se déprendre de l'œuvre de Storr."

"Et cette autre série à l'encre de Chine, où il représente des îles reliées entre elles par des ponts et des bateaux (1973)"

"Il représente d'étranges édifications avec des tours, qui s'élèvent comme des ziggourats, des flèches, des obélisques, des griffes ou des clochers ou encore des dômes…"

Séraphine, Marcel." Deux vies obscures,  tragiques, une même passion, une même fulgurance. Séraphine peignait des fleurs, des bouquets, des arbres, des buissons, Marcel des architectures végétales, minérales."

L'œuvre de Marcel Storr "Elle est forte, insolite, il serait regrettable de ne pas arrêter son regard sur elle."

Je pourrais continuer, mais je vous laisse découvrir l'intégralité du livre, si vous ne l'avez pas encore fait.

Merci Françoise, peut-être à bientôt sur ces pages.



26 commentaires:

  1. Un livre à s'offrir... Je suis curieuse. la vie de Séraphine de Senlis était somptueusement ecrit. Je sais peu de choses sur Marcel Storr, on le croirait obnubilé par les temples kmères, mais je vais découvrir si ma pensée s'approche de la réalité dans la lecture de ce livre.
    Son Art, à l'instar de celui de Séraphine, fut complètement autodidacte.

    Merci Martine,
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, deux personnalités qui se rejoignent dans la création en autodidactes, deux vies difficiles éclairées par le dessin ou la peinture...
      Et tous les deux ont rencontré sur leur chemin des personnes amoureuses de l'art...
      Bon week-end. Bises

      Supprimer
  2. Il y a souvent des expositions intéressantes dans les mairies parisiennes, je note celle-ci, d'ici fin mars, on ne sait jamais, je passerai peut-être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pas si tu veux te rendre compte d'une certaine vision de l'art brut ! Le livre est une bonne entrée en matière avec quelques photos des oeuvres.

      Supprimer
  3. Merci Enitram de ce billet.

    De l´art brut, j´ai vu une exposition l´année dernière à Biarritz.
    Je doiS te dire que j´en suis sortie très bouleversée.

    C´est Fernand Léger qui donna le nom à cet art découvert dans les asiles psychiatriques.

    Avec leurs petits moyens (restes de coquilles d´oeufs, papiers... enfin ce qu´ils trouvaient à leur portée) ils créèrent des tableaux.

    Cela fait réfléchir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Françoise travaille dans un hôpital psychiatrique où elle a retrouvé les traces de ces deux artistes ! Et avec son regard de peintre, tu comprends qu'elle se soit passionnée par ces deux vies !
      Pour Deezer, je ne comprends pas très bien ce changement il va falloir que je me penche sur la question.
      Bon week-end Alba!

      Supprimer
  4. Je te disais l´autre jour que je n´entendais que 30 secondes la musique de ton blog.

    je viens de remarquer que Maïté de Ma Venise a mis de la musique sur son blog avec Deezer aussi et sa musique ne s´arrête pas au bout de 30 secondes... Mystère

    RépondreSupprimer
  5. Je découvre Marcel Storr grâce à vous.
    Architecte visionnaire en tout cas imaginatif!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je l'ai découvert grâce au livre de Françoise !

      Supprimer
  6. Beau visionnel sur le site de la mairie du 20ème...qui donne une idée de l'oeuvre de M.S
    Etrange , insolite visionnaire d'un monde architectural ...
    Ne peut m'empêcher de penser à "la tour de Babel" de Bruegel l'ancien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce "délire" de constructions qui montent jusqu'au ciel est assez incroyable et qui se relient entre elles est effectivement visionnaire ! Je suis sûre que ce livre te parlerait !

      Supprimer
  7. J'ai VU l'expo!
    J'avais lu auparavant le livre de Françoise Cloarec, découvert l'an dernier sur ton blog

    Et j'ai bel et bien mangé crétois!
    A suivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super ! Tu vas pouvoir me donner tes impressions sur ta visite surtout que tu as entendu M et Me Kempf, les collectionneurs.
      Alors une belle escapade parisienne !

      Supprimer
  8. Et j'ai entendu les "découvreurs " de Marcel Storr faire quelques commentaires à un groupe de visiteurs

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour tes commentaires sur mon blog. Je suis enchanté que tu peux comprendre un peu l’Allemand. Oui, notre grande fille est étudiante à Freiburg (Fribourg). Elle étudie les sciences du médecin. Nous habitons 420 km loin de Freiburg entre Cologne et Bonn. Dans certains blogs je vais afficher plus de photos. Mais au contraire de ton blog, le plupart dans mon blog seront des textes. Dans ton blog, le paysage et les villes sont magnifiques ! Tu habite en Normandie ?

    Salut d’Allemagne
    Dieter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprend pas du tout l'allemand, heureusement qu'il y a le traducteur chez Goggle! Oui, tu as reconnu c'est bien en Normandie !
      A bientôt

      Supprimer
  10. Dommage, loin physiquement d'un de mes anciens quartiers parisiens
    mais proche par l'esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais le livre pourrait te donner une belle idée de cet artiste fulgurant ! Moi non plus je ne l'ai pas encore vue, peut-être d'ici le 31 mars...

      Supprimer
  11. Je découvre aussi, merci, j'y passerai prochainement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de te faire découvrir une petite expo !!!!

      Supprimer
  12. Je ne connaissais pas mais je vais surtout transmettre l'info à mon homme que ça intéressera sûrement...
    Merci Martine.
    Bises à toi

    RépondreSupprimer
  13. Alors, bonne transmission ! Es-tu allée voir l'exposition sur l'Arménie au scriptorium ?
    Bon week-end. Bises gelées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Martine ! Eh non, ne suis pas retournée au scriptorial depuis La Fontaine... Suis toujours en vadrouille...
      Bises gelées aussi (ici il faisait -13° ce matin...)
      Brrrrrrrrrrr.................

      Supprimer
    2. Bon séjour savoyard ! Ici, ce matin il faisait -1° !
      Bises A bientôt

      Supprimer
  14. Marvelous! :-)

    Have you photographed your tulips yet?

    RépondreSupprimer
  15. Thank you very much Merisi ! Just before the last "billet" on my blog !

    RépondreSupprimer