mardi 19 juin 2012

Rencontre


Ayant laissé trop de jours avec d'autres découvertes à Paris, les évènements s'enchaînent à vitesse grand V en ce mois de juin, je ne peux restituer "mon" festival de St Malo avec les étonnants voyageurs, dans son entier mais je tiens à vous parler d'une belle rencontre que j'attendais…



Je voulais découvrir le dernier opus d'Ananda Devi,  auteure mauricienne, ayant déjà lu "le sari vert". J'ai trouvé son intervention un peu courte, partageant le plateau avec une auteure iranienne, Chahdortt Djavann, qui m'a vivement interpellée aussi, dans sa réflexion de femme écrivain et Patrick Declerck, écrivain belge, ancien psychanalyste, autour du thème "En nom propre".




Ananda Devi, raconte dans son livre, "Les hommes qui me parlent" (que je n'ai pas encore lu mais il est en bonne place sur ma pile !) ses difficultés d'épouse, de mère écrivain dont le fils la dénonce comme mauvaise mère. Une femme qui vit et qui écrit, mariée depuis 30 ans,  elle a toujours pensé à écrire pour se délivrer de sa timidité maladive (elle a écrit son premier recueil de poèmes à 19 ans). Division de deux femmes, celle qui vit docilement et celle qui écrit, celle-là même qui provoque l'autre et la pousse à réfléchir sur elle-même.



"Pour écrire il faut se démultiplier, se laisser habiter par ses personnages, souvent pour ne plus savoir qui l'on est, on devient alors sa propre fiction et puis on ressent un terrible besoin de se retrouver." Les mots, l'écriture la protègent…
Avoir le courage de rompre, casser les masques pour être elle-même.



"Être artiste c'est être autiste", une seule lettre différencie ces deux mots, une phrase d'écrivain, dit-elle, mais cette prise de mots a fait partie de sa reconstruction. Il fallait que les hommes l'écoutent aussi…



 Cette délivrance par les mots n'a pas suffi à réconcilier les hommes qui l'entourent, "les hommes qui me parlent" et qui n'écoutent jamais… Barrière de verre ou de fer entre ces hommes et ces femmes, femmes qui deviennent hystériques, névrosées, d'où leur rage de vivre et ce besoin d'écriture. Solitude des femmes qui se libèrent des hommes qui les musèlent… L'écriture crée alors un bouleversement dans sa vie.



Ananda Devi m'est apparue comme une femme très douce, très sensible dont la violence des mots doit être encore présente dans ce dernier livre, tellement est forte sa conviction de se libérer d'un poids qui lui pèse depuis son enfance, son éducation et les traditions de femme soumise…



En tout cas l'envie de lire son dernier opus était bien là, à la fin de ce café littéraire, pour deux raisons : Parce que j'avais bien aimé lire son roman "Le sari vert" qui avait fait revivre en moi des souvenirs de ces îles au milieu de l'océan indien  et des femmes que j'ai eu l'occasion d'y rencontrer et par son écriture qui avait résonné en moi comme son propos le fait ici !

51 commentaires:

  1. Tu me donnes envie de retourner à Etonnants Voyageurs !!! Bonne journée ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et peut-être pourrons-nous nous rencontrer cette fois-ci !!!
      Bon jeudi !

      Supprimer
  2. Je vais, après la lecture de ta critique, m'acheter ce livre: merci. Belles illustrations de ton propos. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que nous le regretterons pas !!! Bonne lecture à toi aussi !
      Bonne soirée !

      Supprimer
  3. Que ces splendides reflets illustrent bien le propos du livre dont tu parles et que tu donnes, doublement, envie de lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je t'ai donné envie de le lire, j'en suis particulièrement ravie ! C'est amusant, lorsque je suis sortie de ce café littéraire juste je trouvai ces reflets dans le port de St Malo ! Coïncidence !

      Supprimer
  4. Tu as su très bien me donner envie de lire Ananda Devi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu aimeras ses écrits et en plus j'ai découvert une belle personne que j'imaginais tout à fait en sari vert au Jardin de Pamplemousse...

      Supprimer
  5. J'ai comme toi un excellent souvenir de son livre Le sari vert.
    Je suis en liste d'attente à la bibliothèque pour Les hommes qui me parlent.
    Je te conseille d'écouter cette émission
    Nous avons de bons écrivains dans l'océan indien hélas souvent peu connus
    Bises et bonne journée
    Je pense que je vais de nouveau inscrire cette manifestation sur mon agenda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant certains passages sont durs, il y a déjà là une certaine violence des mots...
      Je vais écouter l'émission, mais demain, je rentre des répétitions de ma chorale pour demain la fête de la musique...
      Oui, tu penses aussi à Le Clézio et son livre magnifique "le chercheur d'or", peut-être le plus connu en métropole mais il y en a beaucoup d'autres !!!
      OK, l'année prochaine on se retrouve là-bas!!!!
      Belle soirée à toi. Bises

      Supprimer
  6. Sûrement très intéressant, je te fais confiance.
    Les reflets bizarres et la femme en équilibre sur sa planche vont bien avec le thème traité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta confiance, une belle et persuasive écriture d'une sensibilité rare...
      Je suis très contente que ce choix photographique te plaise!
      A bientôt!

      Supprimer
  7. Intéressants propos... Moi aussi, cela me donne envie de lire ces livres ! Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que nous pourrons en reparler dans un moment. Bonne lecture !

      Supprimer
  8. ouhh j'ai du retard à rattraper car si je connais l'auteur pour avoir écouter des interviews je ne l'ai jamais lu, ma bibli est bien pourvue je suppose que je vais trouver le sari vert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un écrivain à découvrir, assurément ! Tu nous diras ce que tu en penses, je compte sur toi !

      Supprimer
  9. Il est curieux que cette littérature étrangère écrite par des femmes telles que Devi, et, avant elle, Nasreen, Kristof... nous renvoie encore à notre propre interrogations de notre condition, alors pourtant que ce qui peut se comprendre dans leur pays où, effectivement il y a moins d'apparente ambiguité sur leur place dans la société, l'es tmoins chez nous... Leurs paroles sonnent encore comme un écho à la difficulté, dans les pays comme le nôtre, de nous faire entendre par... les hommes, quoi qu'on en dise. Et même à lire quelqu'un comme Marilyn French, qui avait pourtant fait Haward, avait une profession bien affirmée au sein d'une société qui ne cesse de prôner l'égalité ente les sexes, on s'aperçoit que, femmes avant tout, nos préoccupations sont loin d'être résolues dans la vie quotidienne (intime), face à cette espèce si différente de nous qu'est l'homme !!! "Pour écrire il faut se démultiplier, se laisser habiter par ses personnages, souvent pour ne plus savoir qui l'on est, on devient alors sa propre fiction", "et puis on ressent un terrible besoin de se retrouver"... Sauf sur la conclusion, je suis d'accord, car finalement, on ne se retrouve jamais parce que, tout simplement, lorsqu'on écrit, on est momentanément et non entièrement à part. Ce me semble. Et c'est vrai qu'on est souvent habités par ses personnages, qu'on a parfois envie de transformer au fil de l'écriture, de faire vivre le plus longtemps possible. Mais de là, commeje l'ai fait une fois, à transformer une nouvelle qui devait faire 100 pages en un roman de... 400, il y a de l'abus de f(r)iction !!! Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que ce thème t'inspire, il est vrai que le statut de la femme est encore en devenir dans beaucoup d'endroits dans le monde et même dans des pays qu'on dit en avance sur d'autres!!!! Et le rôle de la religion ?
      Là, il me semble qu'Ananda Devi a voulu nous dire que la femme qui écrit crée plusieurs "moi" et il lui est important de se retrouver car il est difficile d'avoir le courage de rompre avec la personne sociale qu'elle fut, dans une tradition familiale avec ses hommes...Père, mari, fils.
      Je crois que j'en saurais plus en lisant son livre !
      Merci de ta réaction intéressante !
      A bientôt
      PS : J'ai réussi mes trois pots de fraises!!!

      Supprimer
  10. Une superbe bannière Enitram, et tes photos sont toujours aussi belles, même La Défense peinte en gris! J'y ai vécu quelques années à quelques pas du parvis...
    Douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que je t'ai donné aussi envie de lire ces deux livres!!!!
      Merci d'être passée ici!
      Vivre à La Défense ne me viendrais pas à l'idée mais quand on est obligée...Comment as-tu vécu ces années ?
      Beau jeudi !

      Supprimer
  11. Je me suis laissée envoutée par les reflets de tes photos , symboles de mémoires qui se marient si bien avec les mots de ta rencontre...
    Je vais découvrir Ananda Devi avec " Le sari vert " qui est à la médiathèque...:-))
    Merci Énitram et bravo pour le bleu...comme toi j' aime, surtout en ce moment on en a tellement besoin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sari vert est quelque peu très dur par moments mais tellement porteur d'une suite probable...
      Toujours aspirée par le bleu, souvenirs quasi quotidiens de ce soleil que j'essaie de porter au fond de moi pour longtemps encore, j'espère!!!!
      Oui on en a tellement besoin !
      Bonne journée Mathilde !

      Supprimer
  12. Notre situation de femmes occidentales n'est pas méilleure. Certes nous pensons avoir beaucoup de liberté mais sur le fait les choses ne sont pas aussi simple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien est jamais acquis, à la femme et d'ailleurs même à l'homme!!!! Mais c'est sûr qu'il y a des vies sur terre plus difficiles que d'autres...

      Supprimer
  13. C'est vrai que tes photos des reflets dans l'eau sont particulièrement belles et réussies! Bravo et merci de ce joli voyage dans les tons bleus!
    Bisous et très belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que ce voyage te plaise ! Saint Malo-Maurice, effectivement on peut en rêver....
      Belle journée à toi. Bisous

      Supprimer
  14. Un parfum de vanille flotte dans ce billet.
    Je ne connaissais pas l'auteur,merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça sent la vanille, la mangue et le tamarin... Ritournelle que je faisais chanter à mes petits loups!!!!
      Ananda ne demande qu'à être connue, assurément ! Et ses livres à être lus!

      Supprimer
  15. une belle illustration , tes photos soulignent très bien tes propos...

    RépondreSupprimer
  16. Coucou Martine,

    Tes reflets sont extraordinaires ! de l'Art ! On devine même des petits poissons d'argent...Et un rouge ! lol

    Quant à ce que dit Ananda Devi "être artiste, c'est être autiste" ce n'est pas faux...

    Merci Martine et Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un temps pour tout je crois, un temps pour l'écriture ou n'importe quel art et un temps pour la vie au quotidien. L'équilibre n'est pas facile à maintenir et peut-être plus pour les femmes ?
      Bonne journée à toi. Bisous

      Supprimer
  17. Oh comme c'est surprenant, je me reconnais dans les mots ( le propos que tu nous donnes ) de cette femme ! ce bouleversement intérieur qui pousse à écrire quand on est une femme, vivante, pleine et double !!!

    Je note le titre !

    Pensées fraises et matinales ma chère Enie ! de ta sainte malle, haut !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne pouvais pas réagir autrement chère Veronica !
      Bonne lecture !
      Fraises à la vanille bourbon que je viens de terminer! Bises de la cuisine !

      Supprimer
  18. Un super billet très joliment illustré et qui donne envie de connaître cette auteure!
    ""Être artiste c'est être autiste", me fait penser à (The Curious Incident of the Dog in the Night-Time) "Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit" . Ça n'a rien à voir avec le statut de la femme, mais j'ai vraiment beaucoup aimé;o)
    Merci pour le partage. Et merci pour ta visite et la trace de celle-ci;o)

    ***
    À bientôt, j'espère****

    RépondreSupprimer
  19. Je découvre ce titre , un livre ou un film ? Je vais chercher avec Google!!!
    Le choix de mes photos a pour moi un réel lien avec l'impression que l'auteur m'a laissée, donc je crois bien que le message est bien passé!!!!
    Re-merci de ton passage ici !
    Bon vendredi !

    RépondreSupprimer
  20. Bonsoir Martine. Je viens de noter les deux titres dont tu parles car tu m'as vraiment donné envie de les lire. Ce soir je vais commencer "Le cherche bonheur" de Michael Zadorian. Je ne sais plus laquelle de mes copinautes en a parlé dernièrement...
    Tes photos de reflets sont très, très réussies. Bravo !
    Bises à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne vas pas le regretter, c'est sûr ! Quant au livre de Michael Zadorian, une ode à la vie...
      Merci Oxy, tous les ans St Malo m'inspire!!!!
      A bientôt
      Beau week-end à toi, croisons les doigts!!!! Bises

      Supprimer
  21. Avec tes mots et tes superbes images tu me donne envie de lire Ananda Devi.
    Bises et belle journèe.

    RépondreSupprimer
  22. Vraiment j'en suis ravie ! Merci ! Tu sais, il paraît que les femmes qui écrivent sont dangereuses!!!!! Que nenni!!!!
    Beau week-end à toi! Bises

    RépondreSupprimer
  23. Bon jour,
    J’ai bien compris, que tu as rencontré Ananda Levi à St.-Malo ? Tu lis beaucoup de livres ? En été j’achève de lire environ 1-2 livres par mois (le soir je travaille aussi dans le jardin). En hiver je lis environ 2-3 livres par mois. En plus je lis des hebdomadaires (Der Spiegel, Wirtschaftswoche, une fois par mois Le Nouvel Observateur). Tu aime Patricia Kaas ? Ma fille me veut donner comme cadeau pour mon anniversaire l’autobiografie de Patricia Kaas.

    Salut d’Allemagne
    Dieter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup la lecture mais c'est vrai que depuis que j'ai ouvert ce blog, j'ai moins de temps pour lire....
      Je vois que toi aussi tu lis et c'est sans doute une de tes occupations préférées ! Je ne connais pas trop Patricia Kaas.
      J'ai bien rencontré Ananda Devi qui m'est apparue comme une personne très agréable !
      Bon week-end à toi !

      Supprimer
  24. Un rapide coucou dans une période survoltée ;-)
    J'avais adoré "les étonnants voyageurs" tout comme j'ai adoré découvrir Saint Malo à cette occasion. Tes photos et leurs couleurs me donnent des fourmis dans les jambes pour y retourner, et dans les doigts pour y prendre quelques clichés ;-) L'année prochaine, si tout va bien !

    Je ne connais pas cette auteure, que je lirai volontiers moi aussi. J'ai lu avec attention les extraits que tu donnes, j'écouterai les interviews... Mais je ne peux pas être d'accord avec ce qu'elle prétend "être artiste, c'est être autiste"... ça me rappelle ce que nombre de politiciens s'envoient à la tête pour dire simplement qu'ils ne s'écoutent pas entre eux. Et travaillant avec beaucoup d'autistes (et donc aussi avec leurs parents), j'imagine la colère de ces derniers lisant une telle assertion. C'est ne rien connaître des autistes et de leurs handicaps sociaux et relationnels que d'utiliser un tel raccourci.

    Un écrivain, plus que tout autre, devrait savoir utiliser le mot juste ;-)

    Mais je rejoins l'enthousiasme de Mildred pour "Le bizarre incident du chien pendant la nuit" de Mark Haddon, il existe en poche maintenant. Mais il ne s'agit pas d'une autobiographie (même si l'auteur se met parfaitement bien dans la tête d'un ado autiste, puisqu'il a travaillé longtemps avec eux). Bref, c'est un "artiste" qui parle d'un autiste :-))

    Bises Martine et merci encore pour ces photos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Etre artiste c'est être autiste", je saurais mieux te répondre quand j'aurais lu son livre mais je pense qu'elle a voulu dire que pour écrire il faut s'isoler, se concentrer sur "son moi littéraire, celui qui inspire pour écrire" comme le pensait déjà George Sand... Je suis très contente que tu profites de ce petit billet pour venir me faire un petit coucou !
      Je compte bien te voir l'année prochaine à St Malo !!! Et surtout, si tu passes par ici, tu me préviens!
      Belle semaine à toi. Bises

      Supprimer
  25. Une femme, une de plus, témoignant de la condition faite aux femmes par certaines religions... Ton billet m'a donné l'envie d'en savoir plus à son sujet mais l'article de Wiki est assez succinct. Par contre, l'article qu'il donne en lien est plus explicite, bien qu'il ne réponde pas à la question de la part de la religion dans l'enfermement dont il est question (mais j'aime beaucoup la photo d'Ananda par Catherine Hélie).

    Ta dernière photo, avec cette femme isolée au milieu de l'eau et le fort militaire en arrière plan, illustre magistralement la position de la femme face aux pouvoirs masculins dans de nombreux pays.

    Bonne fin de semaine, Enitram, bises et merci pour ce passionnant reportage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la place de la femme dans la société est toujours d'actualité de par le monde.
      Merci pour le lien que je n'avais pas encore lu. Tu sais que ces interventions ne sont pas assez longues pour expliciter les thèmes abordés et c'est aussi une incitation à approfondir les sujets...
      Hier j'étais à Fontevraud et il était encore question des femmes avec Robert d'Arbrissel, dans la communauté chrétienne, des valeurs de la démocratie...
      Belle semaine à toi. Bises

      Supprimer
  26. Une auteure à découvrir. En tout cas tu me donnes l'envie de lire ce dernier ouvrage. Je t'envie d'avoir pu assister à ces encontres à St Malo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les ans nous nous demandons si nous retournerons là-bas et puis l'appel de ces "étonnants voyageurs" nous entraîne à St Malo et ce sont de belles découvertes à chaque fois...

      Supprimer
  27. Jolie rencontre et jolies photos pour nous aussi qui en profitons! Cela fait tellement longtemps que je ne suis pas allé à Saint-Malo! A presto

    RépondreSupprimer
  28. On ne peut pas tout faire cher GF ! Moi, je pourrais regretter aussi de n'être pas allée écouter "ta" diva et comme tu le racontes si bien, aux premiers rangs, et alors le miracle peut se reproduire, plus rien n'a d'importance, même la mauvaise acoustique... Quel bel article encore une fois, j'espère qu'Elle les lit...
    Buona settimana !

    RépondreSupprimer
  29. Une belle rencontre et un billet charmeur avec des reflets d'eau qui ressemblent à des tableaux de Miro ou de Klee !
    Merci

    RépondreSupprimer