mardi 17 septembre 2013

Ciels


L’exposition à Paris en juin, ne m’avait pas suffi pour admirer les ciels d'Eugène Boudin. D’ailleurs j’étais malade, deux blogueuses s’en souviennent.
Donc je suis allée les voir dans la ville où il a vécu dans son enfance, au Havre. Et il pleuvait en sortant du Musée Malraux, je n’ai pas pu y rencontrer un brin de nuages ni bleu ni rose mais un ciel gris et blanc, très chargé et impassible…

Il y avait l'exposition Pissaro, un autre impressionniste mais ce ne sont pas ses bateaux qui ont retenu mon regard, je savais qu’à l’étage du musée il y avait les fameux ciels de Boudin, que j’aime à voir et revoir, tellement ils me rappellent les ciels que je vois, en vrai, presque tous les jours dans nos contrées normandes…


Boudin représente souvent « de beaux et grands ciels tout tourmentés de nuages, chiffonnés de couleurs, profonds, entraînants. Rien dessous s’il n’y a rien ».

Il parle de « ces ténèbres chaotiques, ces immensités vertes et roses, suspendues et ajoutées les unes aux autres, ces fournaises béantes, ces firmaments de satin noir ou violet, fripé, roulé ou déchiré, ces horizons en deuil ou ruisselants de métal fondu ». Nous dit le critique d’art Baudelaire qui appréciait, oh combien ses toiles !








Charles Baudelaire écrivit aussi : (s’agissait-il du Havre quand il rencontra Eugène Boudin ?)

« Un port est un séjour charmant pour une âme fatiguée des luttes de la vie. L’ampleur du ciel, l’architecture mobile des nuages, les colorations changeantes de la mer, le scintillement des phares sont un prisme merveilleusement propre à amuser les yeux sans jamais les lasser. Les formes élancées des navires, au gréement compliqué, auxquels la houle imprime des oscillations harmonieuses servent à entretenir dans l’âme le goût du rythme et de la beauté. Et puis, surtout, il y a une sorte de plaisir mystérieux et aristocratique pour celui qui n’a plus ni curiosité ni ambition, à contempler, couché dans le belvédère ou accoudé sur le môle, tous ces mouvements de ceux qui partent et de ceux qui reviennent, de ceux qui ont encore la force de vouloir, le désir de voyager ou de s’enrichir.




Le va et vient des bateaux, dans la brume...

                                                  Quand le ciel se confond avec la mer...


                                                         Une seule silhouette au loin...



On peut se croire devant un tableau abstrait. Monet comme d’autres peintres doivent beaucoup à E. Boudin (C’est le sujet d’une autre exposition que j’ai vue à Saint Lô).


 Les cabines solitaires sur la plage...




Moi, qui souvent m’arrête devant un coucher de soleil, un ciel qui flamboie, un ciel qui grisonne, un ciel qui passe à toute allure, un ciel qui plombe l’horizon, je devais rendre un hommage, sur mon blog, à ce véritable « roi des ciels », Eugène Boudin qui a su transcrire à la perfection, entre autres, des éléments aussi changeants que la lumière et les nuages au-dessus de la mer et de la campagne.



                                             Il n'y avait pas un seul nuage, ce jour-là !!!!






D’autres ciels nous emmenèrent jusqu’à ce port que vous devez reconnaître rapidement. Ce sera le sujet d’un autre billet…




29 commentaires:

  1. Tu as raison Eugène boudin est bien "le roi des ciels". Et il a aussi fait quelques merveilles dans le sud.
    Toujours un régal de voir tes montages et tes associations.
    Le Havre je ne connais qu'en janvier quand nous allions dans la famille d'Antoine havrais d'origine.
    Il faudra que nous venions au printemps.
    Vivement ton billet sur Honfleur que j'aime beaucoup.
    Gros bisous Martine.
    Belle nuit.

    RépondreSupprimer
  2. Merci de me faire revoir des toiles d'Eugène Boudin que j'aime beaucoup. Ses ciels m'émeuvent aussi car ils me rappellent une partie de ma jeunesse.

    RépondreSupprimer
  3. Si tout va bien, je pense aller au Havre la semaine prochaine, le musée Malraux est au programme, tu me mets en condition :-)) Je suis passée à Honfleur dimanche, une balade toujours agréable, même si le temps n'était pas terrible. Le ciel était tout-à-fait semblable à un Boudin (il était trop tard pour aller au musée, ce sera pour une autre fois).

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup le côté abstrait de certains de ces ciels, un précurseur !
    Très belle journée à toi, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  5. Magnifique hommage à Eugène Boudin, merci pour cette visite au musée, merveilleuses découvertes! bonne fin de semaine à toi.
    Cath.

    RépondreSupprimer
  6. Merci de nous faire profiter de la mage des ciels de cette exposition (que finalement je n'ai pas pu aller voir)
    Celles de Caen (Impressionnistes et autochromes) et de Saint-Lô étaient fort intéressantes, assorties de visotes guidées et de conférences.

    A bientôt à Honfleur!

    En attendant, la

    pluie s'est invitée et brouille le ciel.

    Hier, retour à l'écume des films . Vu le Congrès. Très intéressant.

    RépondreSupprimer
  7. Grand plaisir d'admirer ici des toiles de Mr Boudin!
    merci à toi, bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
  8. Ce sont des ciels que j'apprécie d'autant plus que je n'ai pas vraiment la chance de les connaître réellement. Dans le sud, le ciel est de toutes sortes de bleu ou il est brumeux, uniformément gris. Mais pas de nuages "somptueux" comme ceux de Boudin.
    merci d'avoir partagé avec nous ton bonheur à voir cette exposition.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  9. Ah la lumière d'Honfleur ! Si caractéristique et si belle. Eugène Boudin, Claude Monet... Ils ont su la capter, la comprendre, l'aimer au point de la peindre aussi merveilleusement. Il faut dire que l'on en tombe vite amoureux, de cette lumière et de cette atmosphère.
    Bises Martine et merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
  10. Superbes et fascinants sont les ciels au bord de la mer...
    En Beauce sur la mer des blés murs ils ne sont pas vilains non plus...
    Il faut un grand talent pour peindre et sentir à ce point ces lumières...
    Honfleur est une perle de la côte...vais bientôt partir pour Crozon...:-))
    Bises Martine

    RépondreSupprimer
  11. Superbe ton article qui met en parallèle le vrai et son interprétation picturale. C'est vraiment une excellente idée qui rend la visite encore plus passionnante. bravo !

    RépondreSupprimer
  12. je me réjouis de voir ton billet sur boudin...à la maison...bises du mistral!

    RépondreSupprimer
  13. Un très beau billet hommage à une région où j'ai pu admirer les ciels changeants à plusieurs reprises, au peintre et au critique d'art.
    Une lumière incomparable et combien j'aimerais revoir Honfleur!

    RépondreSupprimer
  14. De jolies perspectives...
    Passionnants parallèles.
    Une géométrie poétique dans ce billet.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  15. Tous ces ciels tombent bien pour un vendredi !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  16. Merci à vous toutes ! Je vois que beaucoup parmi vous, apprécient les ciels de Boudin. N'ayant peu de connexion aujourd'hui et étant arrivée sous d'autres ciels je vous souhaite une très bonne fin de semaine !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  17. Superbe toiles de Boudin, fascinant ciels, beau post, bonjour belge

    RépondreSupprimer
  18. De bons nuages à palper. J'avais découvert, petite, les nuages de Corot en premier auquel je suis sensible.
    Que de belles associations, un vrai plaisir à regarder.
    J'aime beaucoup cette dernière image de Honfleur avec tout ce qu'elle évoque.

    RépondreSupprimer
  19. Sublime!
    ton billet est magnifique
    belle journée
    bises
    Sophie

    RépondreSupprimer
  20. Voilà le gros avantage d'habiter en Bretagne : on a des ciels magnifiques et changeants tout l'année :-)

    RépondreSupprimer
  21. Cela me donne envie d'aller faire un tour du côté de la manche au printemps prochain pour profiter des ciels et des musées. Merci pour cette visite

    RépondreSupprimer
  22. J'aime énormément Boudin (malgré ce nom si peu glamour), tu as raison il arrive à rendre imperceptible la ligne d'horizon. Le bleu et le gris qui se confondent me réjouissent toujours.

    RépondreSupprimer
  23. J'étais moi aussi au Havre cet été, mais sous un ciel bleu sans tache, ce qui n'a peu contribué à me faire ré-aimer cette ville où je n'avais plus mis les pieds depuis près de 20 ans! Bon dimanche!

    RépondreSupprimer
  24. Boudin avec Honfleur et ses environs sont indissociables.
    J'aime beaucoup "Entrée des jetées du Havre par gros temps" et les ciels de tes photos bien sûr :)

    RépondreSupprimer
  25. Oups, j'ai cliqué sur "publier" avant d'avoir terminé ! Je voulais ajouter le lien vers des reproductions admirables des peintures de Boudin sur ce site.
    Bises et bon début de semaine, Enitram

    RépondreSupprimer
  26. Comme disait mon Maître à penser Alphonse Allais qui était de Honfleur : "Quand on voit Le Havre, c'est qu'il va pleuvoir, quand on ne voit pas Le Havre c'est qu'il pleut". Belle idée de juxtaposer l'invariabilité de la lumière en Normandie

    RépondreSupprimer
  27. De retour d'Italie, je reviens enfin sur les blogs-amis et je m'aperçois que j'ai du retard et bien des choses à lire. Petit à petit je vais reprendre pied sur la blogosphère et vous retrouver à l'aube de l'automne.

    RépondreSupprimer
  28. Quel joli billet ...
    Même sous la pluie Honfleur est une merveille.
    Bisous
    Marie-Ange

    RépondreSupprimer
  29. Quel joli billet ...
    Même sous la pluie Honfleur est une merveille.
    Bisous
    Marie-Ange

    RépondreSupprimer