mercredi 30 janvier 2013

Deux bleus tellement différents



Les "hauts de Hurlevent"  ou quand  la violence de la nature  rejoint celle des sentiments.

Je ne vous raconterai pas l'histoire de cette tragédie signée de Emily Brontë que vous connaissez sans doute

La réalisatrice, Andrea Arnold, filme une nature houleuse, désolée, sauvage, des paysages de landes  et de collines recouvertes de bruyères où le vent, la pluie et la boue règnent en maîtres.

Il n'y a pas de musique sauf à la toute fin mais tous les bruits de la nature, des animaux et des humains  renforcent l'atmosphère violente, sauvage, rustre parfois à la limite de l'insoutenable…
C'est une adaptation extrêmement violente, sombre qui m'a scotchée sans répit dans mon fauteuil jusqu'au mot "fin" avec une angoisse qui n'est partie qu'à la sortie !

Je n'ai pas aimé certains mouvements saccadés de la caméra qui filme au dos des personnages à en avoir le tournis et parfois l'insistance du flou. Par contre j'ai apprécié la beauté des prises de vue du paysage et des collines balayées par le vent et des personnages en particulier, Heathcliff et Cathy, à cheval, qui évoluent en harmonie avec les éléments.

J'avais pourtant lu le livre, adolescente et j'avais gardé un souvenir d'un amour impossible et romantique…
En fait c'est un film puissant, bouleversant, d'une beauté brute et sauvage à l'image de cet amour qui restera gravé encore longtemps dans ma mémoire !

Vous pouvez voir la bande annonce et le résumé du film



 Pour me changer les idées, en revenant à la maison, j'ai fouillé dans mes photos de voyage en Italie, vous vous souvenez, en Campanie et j'ai sélectionné celles-ci :



















samedi 26 janvier 2013

Petits bonheurs du jour

 La première visiteuse du petit matin


 Brouillard mais pas de pluie, bizarre !




Et pour finir cette petite série du samedi je vous offre ainsi qu'à Amartia et ses aminautes ce bouquet de tulipes blanches

Bon week-end !
                                                               

mardi 22 janvier 2013

Déjà la neige s'en est allée et a déjà laissé sa place à la …pluie

Que faire quand le ciel est désespérément blanc et que de nouveau la pluie tombe sur le jardin transi ?
Jouer en noir et blanc ou jouer avec le noir et le blanc, comme vous voulez !!!!





  
 A travers la tempête, et la neige, et le givre,
C'est la clarté vibrante à notre horizon noir ;
C'est l'auberge fameuse inscrite sur le livre,
Où l'on pourra manger, et dormir, et s'asseoir.


Charles Baudelaire 







Les vases ont des fleurs de givre,
Sous la charmille aux blancs réseaux ;
Et sur la neige on voit se suivre
Les pas étoilés des oiseaux.


Théophile Gauthier





Et quand viendra l'hiver aux neiges monotones,
Je fermerai partout portières et volets
Pour bâtir dans la nuit mes féeriques palais.


Charles Baudelaire 






Qu'il est doux, qu'il est doux d'écouter des histoires,
Des histoires du temps passé,
Quand les branches d'arbres sont noires,
Quand la neige est épaisse et charge un sol glacé !

Alfred de Vigny 




Chemins 

Chemins qui ne mènent nulle part
entre deux prés,
que l'on dirait avec art
de leur but détournés,

chemins qui souvent n'ont
devant eux rien d'autre en face
que le pur espace 
et la saison.


Rainer-Maria Rilke 






En hiver la terre pleure 

En hiver la terre pleure ; 
Le soleil froid, pâle et doux, 
Vient tard, et part de bonne heure, 
Ennuyé du rendez-vous. 

Leurs idylles sont moroses. 
- Soleil ! Aimons ! - Essayons. 
O terre, où donc sont tes roses ? 
- Astre, où donc sont tes rayons ?


Il prend un prétexte, grêle, 
Vent, nuage noir ou blanc,
Et dit : - C'est la nuit, ma belle ! 
- Et la fait en s'en allant ;


Comme un amant qui retire
Chaque jour son cœur du nœud, 
Et, ne sachant plus que dire, 
S'en va le plus tôt qu'il peut.


Victor Hugo

samedi 19 janvier 2013

Première neige et rencontre avec un "bad boy"

     Je ne vous étonnerais pas si je vous dis qu'il a neigé ici,  hier. Petite panique coutumière avec quelques chutes de voitures dans les fossés et des petits accrochages… Aller chercher son pain ou son journal indemne relevait d'un exploit !!!…
En tout cas je n'ai pas mis le nez dehors de tout l'après midi et pris justement quelques photos, de mes fenêtres, pour vous présenter ce matin la photo de la semaine avec Amartia et ses copinautes dont le nombre augmente de semaine en semaine, pourquoi pas vous ?




                                                                 

"Tombe, tombe, la neige,
Tout le monde est à l'abri
Y'a que mon p'tit frère
Qui est sous la gouttière
Qui pêche du poisson pour toute la maison…"






Cette première neige me fait penser à un texte de Maupassant pas drôle du tout mais il se rapproche singulièrement d "une vie" du même auteur…















 Charlotte me donne froid dans le dos !  Ne vous inquiétez pas j'ai enlevé la neige !!!!!




Oh, j'allais oublier que j'ai revu Xavier Sabata pour la énième fois avec plaisir (il vient du jardin des voix  crée par William Christie), il avait fait pousser sa barbe pour jouer au "bad boy" en nous interprétant des rôles de méchants dans différents opéra comme Tamerlo, Ottone, Ariodante, Guilo Cesare, Teseo et Faramondo…
Xavier Sabata avait déjà participé aux créations d'Il Sant'Alessio et de La Didone avec les Arts Florissants à Caen.
Il était accompagné, ce jour, d'un tout jeune ensemble, Il Pomo d'Oro sous la direction du violoniste Riccardo Minasi





Un beau concert, une performance pour lui et pour nous car il n'est pas aisé à chaque fois de se mettre dans la peau de son personnage et en changer autant de fois mais son talent et sa hargne de convaincre pour interpréter bien les "bad boys" lui a permis de passer allégrement la barre…
Je préfère un opéra complet mais Xavier Sabata m'a convaincue qu'il y a une certaine façon de jouer les caïds avec sensibilité car vous savez ce qu'on trouve au fond d'un cœur de ce type d'homme. Enfin je l'espère !   La confusion des genres dans une époque baroque. 




Un très bon week-end à vous !



mardi 15 janvier 2013

Allons pigouiller dans le Marais

  Toujours en triant mes photos et par cette après-midi maussade, je vous ai réservé quelques clichés pour ce nouveau billet.
Aujourd'hui, mon chemin sera un chemin d'eau, celui du Marais Poitevin que nous avons emprunté à la fin du mois d'août.
  


Ne vous inquiétez pas, je ne vous ferai pas un cours de géographie mais nous ferons si vous le désirez une balade au fil des canaux dans une barque à fond plat (un bâtai) dirigée sur l'eau à l'aide de la "pigouille", longue perche, maniée par une jeune étudiante en histoire qui nous servit de guide dans ce monde du silence. Un monde fascinant et une guide parfaite.





On peut trouver cinq ou six espèces de lentilles d'eau dans le Marais Poitevin qui recouvrent la surface des canaux comme un tapis.
Elles sont le symbole du Marais qu'on appelle aussi "la Venise verte" 




Les frênes têtards et les aulnes bordent les cours d'eau et se reflètent sur la surface des rivières et on aperçoit plus loin les peupliers qui m'ont fait pensé parfois à des paysages de Corot …




Je vous disais un monde à part…




Et pour terminer un poème de Gérard Artal trouvé sur le Net :




Le marais Poitevin

Aux usances du lieu sur la barque à fond plan
Vert pays je découvre et celui du marais
Ancien golf des Pictons par dedans l'océan
En cours olivacé qui trône sous un dais.





Ô richesse du lieu que brasse la couleur
Ta nature enivrante s’abandonne en rameaux
Se pare de verdure la berge du siffleur
Cet autre chant j'ouïs tout fleurant les canaux




Poussée à la pigouille, l'échappée poétique
Sous le frêne et le saule où perce la prairie
Espaces ménagés sur celui hydraulique
L'herbivore laitière adorne la féerie




 L'Abbaye de Maillezais pareille à une forteresse vue du canal, malheureusement nous n'avons pas pu la visiter, ce sera pour une autre fois !



Venise verte élue en joyau vénéré
Richesse de l'évail aux baies de la passion
La conche Poitevine va le héron cendré
Paysages singuliers d'une étrange région

Gérard Artal





A la fin de la promenade notre guide essaya une petite expérience que vous devez connaître !


Elle a réussi après plusieurs essais.

Ce n'est pas moi qui irait aujourd'hui faire un petit tour dans le Marais Poitevin !

samedi 12 janvier 2013

Epiphanie, reine, couronne, santons, fèves, rois mages, cathédrale et Achille


 Bien sûr, le six janvier, nous avions fêté les rois comme il se doit et il y avait une reine, la plus délicieuse et la plus curieuse qu'il soit !
Elle voulait voir la collection de fèves de sa Nonna, ce fut le grand déballage et la reconstitution de la crèche avec les petits santons que je garde d'année en année, inutile de vous dire que ce n'était pas facile pour ses petites menottes de manipuler ces minuscules santons (j'ai pensé immédiatement à ceux de cette belle crèche) et… Mais nous avons fait un montage assez satisfaisant  avec des explications qu'elle me demanda  au fur et à mesure  ("c'est qui, lui, et elle … ?") Et vous, vous savez qui est le santon à droite !


Quelques jours après, en passant par Coutances, je poussais la porte de la cathédrale pour voir si les rois mages étaient bien arrivés jusque là…

 Vraiment sombre...









L'intérieur de la cathédrale était très sombre comme le ciel gris de ce jour… Seule la crèche brillait dans une lumière blafarde et venaient Balthazar, Gaspard et Melchior…




Et en sortant de la cathédrale, je me souvenais avoir reçu les voeux de l'équipe des archives de La Manche avec de superbes photos de la cathédrale, baignées de lumière d'un jour d'été...



Pour finir mon billet 

 La dernière photo sera ma participation à la photo de la semaine avec Armatia et les autres bloggeuses


Chut ! Achille fait la sieste et cette fois il ne m'a pas suivi faire une marche sous un soleil éclatant, oui, oui, oui !!!! Aifelle, ici il a plu cette nuit mais grand soleil toute la journée !!!!