vendredi 20 mars 2015

C'est le printemps ! Poétisons !

 Vous parler de printemps aujourd'hui ? Bien sûr c'est le premier jour !

Oui je le fais avec la poésie qui est à l'honneur en ce mois de mars 2015 !
Le sujet de ce printemps des poètes en est l'insurrection.

J'ai répondu à Aifelle que je me joindrai à elle et à tous ceux qui sont sensibles à la poésie.
                                                    Le printemps des poètes
 J'ai choisi deux poèmes, le premier de Sabine Sicaud, poète disparue si jeune que je vous avais déjà présentée ici et un autre de Charles Cros.


 Le chemin des Hors-la-loi


C’est le chemin des Hors-la-loi
Sans pavés. Sans poteaux ni bornes.
Sans fils télégraphiques
En portées de musique.
Sans affiches rouges ou jaunes.
Sans rivière, sans pont du Roy,
Sans maisons, sans clochers, sans rien.
Un chemin sans troupeau ni chien
Sous une lune qui s’écorne
Toute seule au milieu du ciel.
Chemins, chemins habituels
Faits pour les gens en uniforme,
Vous nous menez chacun sait où.
Mais la lune a des complaisances
Pour les rebelles et les fous.
Et quand l’aventure commence
Elle transpose on ne sait où
Le petit chemin sans ornières,
Sans bannières et sans frontières,
Qui peut-être

Un jour fut à nous.
Sabine Sicaud


Ma pensée est une églantine
Eclose trop tôt en avril,
Moqueuse au moucheron subtil
Ma pensée est une églantine ;
Si parfois tremble son pistil
Sa corolle s'ouvre mutine.
Ma pensée est une églantine
Eclose trop tôt en avril.


Ma pensée est comme un chardon
Piquant sous les fleurs violettes,
Un peu rude au doux abandon
Ma pensée est comme un chardon ;
Tu viens le visiter, bourdon ?
Ma fleur plaît à beaucoup de bêtes.
Ma pensée est comme un chardon
Piquant sous les fleurs violettes.


Ma pensée est une insensée
Qui s'égare dans les roseaux
Aux chants des eaux et des oiseaux,
Ma pensée est une insensée.
Les roseaux font de verts réseaux,
Lotus sans tige sur les eaux
Ma pensée est une insensée
Qui s'égare dans les roseaux.



Ma pensée est l'âcre poison
Qu'on boit à la dernière fête
Couleur, parfum et trahison,
Ma pensée est l'âcre poison,
Fleur frêle, pourprée et coquette
Qu'on trouve à l'arrière-saison
Ma pensée est l'âcre poison
Qu'on boit à la dernière fête.


Ma pensée est un perce-neige
Qui pousse et rit malgré le froid
Sans souci d'heure ni d'endroit
Ma pensée est un perce-neige.
Si son terrain est bien étroit
La feuille morte le protège,
Ma pensée est un perce-neige
Qui pousse et rit malgré le froid.

Charles Cros







J'ai pensé aussi à cet extrait de Kenneth White, poète, écrivain-voyageur dont je viens juste me procurer son livre "Les cygnes sauvages"



« On se demande si l’humanité ne pourrait pas s’arrêter tout simplement pendant quelque temps, jeter un coup d’œil autour d’elle et dire, OK ! il est temps d’essayer de refaire le cercle.

Mais où est l’humanité ?
Où sont les êtres humains ?
Il y a cette nation-ci et cette nation-là, et dans chaque nation il y a ce clan-ci et ce clan-là, ce parti-ci et ce parti-là, cette secte-ci et cette secte-là, cette personne-ci et cette personne-là.
Tous avec des identités différentes auxquelles ils veulent s’accrocher, et prêts à se battre pour elles sans la moindre hésitation.
Quelle chance le monde a-t-il dans toute cette foire de folie furieuse ?
On brûle les arbres et les herbes.
On bétonne la terre.
Tout ça au nom d’Une chose ou d’une Autre.
Le seul espoir est dans une sorte de vide, d’anonymat.

Il y avait un jeune gars dans le bar. Il portait un blouson de cuir et sur son dos on pouvait lire : « Un paumé de Yamaguchi. »
Il y en a beaucoup, des paumés de Yamaguchi, en cette saison du monde.
Cherchant où aller et avec qui. »

White Kenneth (Les cygnes sauvages)



23 commentaires:

  1. "Les hommes sont les membres d'un même corps. Ils furent créés à partir de la même essence.
    Si le destin venait à faire souffrir l'un d'eux. Les autres membres ne connaitraient pas le repos.
    Toi que le malheur des autres laisse indifférent. Tu ne mérites pas d'être appelé Homme."
    Traduit par Farzine POURCYRUS un poème de Saadi Martine tu dois connaitre son "jardin des roses" !

    RépondreSupprimer
  2. ah les cygnes sauvages quel plaisir de lecture
    mais j'aime beaucoup ce poème de Charles Cros que je ne connaissais pas
    Joyeux Printemps !!

    RépondreSupprimer
  3. Quelle richesse dans les poèmes choisis par les unes et les autres .. je suis ravie. Je n'ai pas encore lu Kenneth White, mais qu'est-ce que j'attends ? Merci de ta participation Martine.

    RépondreSupprimer
  4. tu le fêtes dignement!!! bises du sud...mais le printemps se laisse aussi attendre...

    RépondreSupprimer
  5. Les poèmes sont très jolis , mais c'est le texte de W. Kenneth qui me touche , il est tellement près de ce que je ressens en ce moment ! Merci de nous l'avoir fait connaître !
    Bonne fin de semaine !

    RépondreSupprimer
  6. On est bien reçu dans ton joli blog avec ce choix de trois poésies toutes très belles, vibrantes, et qui me touchent toutes! J'aime beaucoup ces hors-la-loi, rebelles et fous hors des sentiers battus; J'aime les fleurs de Charles Cros qui symbolisent sa pensée frémissante et rétive, ... et le dernier de texte de W.Kenneth qui, je suis comme Malyss, me parle tant du monde d'aujourd'hui devenu fou! Un beau printemps en poésie!

    RépondreSupprimer
  7. J'aime le poème de Charles Cros, j'aime sa poésie de la pensée.
    Un bien beau billet printanier et poétique, Martine, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  8. De belles découvertes poétiques en ce jour de printemps!
    Je ne connaissais pas Sabine Sicaud.
    Le joli poème de Charles Cros a un faux air de ballade médiévale

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour ton billet, un moment de beauté.

    RépondreSupprimer
  10. Quelle bonne idée que la poésie pour le printemps!

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour ces partages Martine. Il faudra que je prenne le temps de relire ces deux poèmes car il me faut toujours plusieurs lectures pour mieux apprécier un texte, mais je suis déjà subjuguée par le talent de la jeune Sabine (dont j'avais lu auparavant un texte magnifique sur tes pages) et j'aime beaucoup aussi les pensées diverses de Charles Cros
    Le printemps ne fait pas éclore que les fleurs, il réveille aussi la beauté sous toutes ses formes.
    Bises à toi :-)

    RépondreSupprimer
  12. la poésie, je suis fan....depuis très longtemps, la musique des mots est si jolie et évocatrice!....le pont est superbe! belle soirée...

    RépondreSupprimer
  13. Bien que rédigé il y a déjà un quart de siècle, le texte de Kenneth White est tellement d'actualité qu'il occulte les poèmes, pourtant charmants, de Sabine et de Charles. Dans ma bibliothèque, j'ai depuis très longtemps quatre livre de cet auteur que j'aime particulièrement : "La figure du dehors" "Lettres de Gourgounel" "Le visage du Vent d'Est" et "La Route bleue" qui lui a valu le prix Médicis étranger en 1983. "Les cygnes sauvages" a été publié sept ans plus tard, à une période où j'étais très prise par mon travail, ce qui fait que je l'ai loupé. Merci d'en avoir parlé, je vais le commander.
    Bises, bon dimanche et beau printemps sur ta contrée, Enitram

    RépondreSupprimer
  14. les eaux, les roseaux, les oiseaux
    que c'est beau
    je te souhaite un joli printemps

    RépondreSupprimer
  15. très sympa tous ces poèmes , j'adore tu t'en doutes bien
    je connais moins tous les poètes contemporains
    merci du partage
    bonne journée
    bisous

    RépondreSupprimer
  16. Que c'est beau tout cela ! De la poésie plus poétique que la mienne.
    D'ailleurs je republierai sur mon autre blog le texte écrit justement sur la difficulté des vers et des rimes.
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
  17. un très joli post
    bonne fin de journée

    RépondreSupprimer
  18. Très touchée par le dernier poème que je garde précieusement ...Le monde a tant besoin de respirer la poésie , de respirer la paix de l'âme ..:-)
    De tout coeur merci et bisous tout frais du matin

    RépondreSupprimer
  19. Bien sûr le texte de Kenneth White est très juste et très actuel.
    Mais j'ai un coup de cœur pour le premier poème qui me touche et m'émeut beaucoup.
    Un très beau billet qui rend hommage à Calliope et Érato.
    Gros bisous Martine.
    Belle journée.

    RépondreSupprimer
  20. C'est vraiment printemps sur votre blog. L'en-tête photo est belle! Une trés belle série. Bon week-end. Salutations de la Pays-Bas, Joke

    RépondreSupprimer
  21. Quelle chance le monde a-t-il?
    Peut-être celle d'avoir des poètes, d'avoir des gens qui lisent et apprécient leurs mots?

    Merci pour ce petit florilège, tu sais combien j'aime la poésie.
    Bon weekend!

    RépondreSupprimer
  22. Je reviens demain visiter ton jardin
    Bisous Martine !

    RépondreSupprimer
  23. Par ordre de préférence :je suis particulièrement touchée par le texte de White Kenneth qui est une vraie peinture de notre monde maintenant. Puis le poème de Charles Cros qui me fait penser à un accouchement de la "pensée" au fil d'une vie humaine et enfin le texte de Sabine Sicaud où la nature offre un chemin pour survivre...
    Et puis une autre préférence pour ta branche fleurie sur fond de ciel bleu !!!
    Merci pour mon heure du conte ! :-)

    RépondreSupprimer