mardi 21 avril 2015

Vert et blanc

Quand l'herbe dans le pré reverdit et que les merisiers se parent de blanc comme par enchantement… Blanc, vert.


Le poney blanc se fiche éperdument de mon âme vagabonde et pourtant il lui arrive de me regarder du coin de l'œil quand il me voit descendre vers les merisiers en fleur… Blanc, vert


Le livre que je lis en ce moment "Cahier de verdure" de Philippe Jaccottet est tout à fait l'expression que je ressentie ce jour d'avril dans ma campagne normande ! Vert, blanc.






Que nenni, ce ne sont pas des cognassiers blancs mais j'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur !!!




" Autre chose vue au retour d'une longue marche sous la pluie, à travers la portière embuée d'une voiture : ce petit verger de cognassiers protégé du vent par une levée de terre herbue, en Avril."




Oui, je sais les cognassiers blancs ne sont pas les cerisiers ou merisiers qui bordent les champs, dans les haies, par ici mais… Vert, blanc.







 "Il a bien fallu m'approcher de ces arbres. Leurs fleurs blanches, à peine teintées de rose, m'ont fait penser tour à tour à de la cire, à de l'ivoire, à du lait. Etaient-elles des sceaux de cire, des médailles d'ivoire suspendues dans cette chambre verte, dans cette maison tranquille ?"

Derrière la maison, ici, il n'est pas non plus un verger mais… Blanc, vert.




"Elles m'ont fait penser aussi aux fleurs de cire que l'on voyait autrefois sous des cloches de verre dans les églises, ornements moins périssables que les vrais bouquets ; après quoi, tout naturellement, ce verger " simple et tranquille " comme la vie que le Gaspard Hauser de Verlaine rêve du fond de sa prison, m'est apparu lui-même telle une chapelle blanche dans la verdure, un simple oratoire en bordure de chemin où un bouquet de fleurs des champs continue à prier tout seul, sans voix, pour le passant qui l'y a déposé un jour, d'une main pieuse ou peut-être distraite, parce qu'il appréhendait une peine ou marchait vers un plaisir."







" Je crois bien qu'en tout verger, l'on peut voir la demeure parfaite : un lieu dont l'ordonnance est souple, les murs poreux, la toiture légère ; une salle si bien agencée pour le mariage de l'ombre et de la lumière que tout mariage humain devrait s'y fêter, plutôt qu'en ces tombes que sont devenues tant d'églises."


"Et ce verger-ci, mi-parti de vert et de blanc, c'est le blason des noces rustiques et des fêtes de printemps, une musique de chalumeaux et de petits tambours encore assourdis par un reste de brume.







" Je me suis dit (et je me le redirai plus tard devant les mêmes arbres en d'autres lieux) qu'il n'était rien de plus beau, quand il fleurit, que cet arbre-là. J'avais peut-être oublié les pommiers, les poiriers de mon pays natal."










" …L'ensemble, fleurs et feuilles, avait quelque chose de plus solide, de plus simple, de plus calme ; de plus épais aussi, de plus opaque. Cela ne vibrait ni ne frémissait comme oiseaux avant l'envol ; cela ne semblait pas non plus commencer, naître ou sourdre, comme ce qui serait gros d'une annonce, d'une promesse, d'un avenir. C'était là, simplement. Présent, tranquille, indéniable. Et, bien que cette floraison ne fût guère plus durable que les autres, elle ne donnait au regard, au cœur, nulle impression de fragilité, de fugacité. Sous ces branches-là, dans cette ombre, il n'y avait pas de place pour la mélancolie."




     

" Vert et blanc. C'est le blason de ce verger."





"Vert et blanc : couleurs heureuses entre toutes les couleurs mais plus proches de la nature que les autres, couleurs champêtres, féminines, profondes, fraîches et pures, couleurs moins sourdes que réservées, couleurs qui semblent plutôt paisibles, rassurantes."




Philippe Jaccottet




Et pour moi, vert et blanc. Ce sont les couleurs de ce petit bout de printemps, si court…





A bientôt !




37 commentaires:

  1. Magnifique billet ou vraiment tout me plait.
    Une symphonie en vert et blanc qui emporte vers d'autres lieux.
    Et si "cette floraison n'est guère durable", elle annonce les belles récoltes de l'été et de l'automne.
    J'aime les petites églises, les fleurs de cire, et les chevaux....
    Chez moi un petit âne est né, c'est aussi la vie qui continue.
    Gros bisous Martine.
    Belle nuit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je vais aller voir l'ânon qui vient de naître ! Ici, nous avons aussi un vieil âne qui coule une retraite paisible...
      Merci Mireille ! Le blanc se mariant bien avec les dégradés de vert, il me fallait mettre les deux couleurs en vedette en ce milieu de printemps !
      Bises ensoleillées mais le vent est encore froid

      Supprimer
  2. Oh qu'il est beau ce billet lecto-photographique....Tu sais que je n'ai jamais lu Jaccottet (je sais c'est mal), c'est très chouette ce blanc vert de ce printemps précoce (enfin chez vous). Ici ce sont les cerisiers qui fleurissent (et j'adore ça).
    Tu sais que maintenant, je penserai à ton billet quand je verrai un pré et un arbre fruitier fleurissant dedans (surtout si j'y croise un cheval).
    Une belle journée Enitram.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Galéa ! Je pense que la poésie en prose de Jaccottet, te plairait mais je ne m'avance pas trop car je sais que ce n'est pas forcément ta tasse de thé !!!!
      Cheval blanc et merisiers en fleurs font bon ménage au printemps !!! Et ce vert qui court dans les prés....
      Bonne soirée à toi !

      Supprimer
  3. Mahtavan upeat kuvat.
    Valkoinen hevonen on todella kaunis ja erikoinen, ja valkoiset kukat, ne ovat kevään merkki.
    Meillä ei ole kukkivia puita vielä, kevät on ollut viileä.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, fleurs blanches et robe du cheval s'harmonisent tout à fait !!!
      Merci Orvokki !
      A bientôt !

      Supprimer
  4. Merci pour ce beau "blason printanier", Martine, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me fallait partager ces deux couleurs, ensemble, qui symbolisent si bien le printemps !!!
      Bises

      Supprimer
  5. "Présent, tranquille, indéniable."
    La mise en images est merveilleuse.
    Le vert et le blanc amis pour la vie. Instants de fraîcheur et de pureté! Lieu de rêveries et de désirs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh lalala !!! Merci beaucoup !!!
      Si je te fais rêver, j'en suis absolument ravie !!!
      Quand des mots correspondent tout à fait à ton ressenti devant tant de verdure mariée à la blancheur de morceaux de haies... L'effet est là à chaque printemps et c'est une joie !

      Supprimer
  6. Ton billet est très beau, j'aime ! Je ne connaissais pas ce texte de Jacottet, tes citations me donnent envie, merci !
    Bonne journée Martine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je suis contente que je te donne envie de lire Jaccottet !!! C'est un plaisir !!!
      Merci d'être passé dans mon petit univers...
      Bonne soirée et peut-être à bientôt !

      Supprimer
  7. Un véritable éblouissement de mots et d'images!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai !!!!
      Tu dois connaître ces mots, non ?

      Supprimer
  8. Quelle émotion à lire "ton printemps" entre photo et texte une grande sérénité et même solennité respectueuse de ces chapelles que l'on croise parfois sans les voir...
    La poésie de Philippe Jaccotet est superbement illustrée.
    très belle journée verte et blanche Martine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il suffit de se laisser porter vers la poésie en regardant ces coins de verdure comme par le premier regard !!!
      Merci Josette, toi qui écrit si bien ton ressenti.
      Elle sera verte et blanche avec une pointe de jaune car les fleurs de pissenlit envahissent la campagne...
      En tout cas je te la souhaite très bonne

      Supprimer
  9. Des couleurs acides transformées en douceur grâce à tes mots!
    Je reviendrai lire cet article, juste pour le plaisir... Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout les mots de Philippe Jaccottet...
      Reviens quand tu veux, car ses mots le méritent !!!

      Supprimer
  10. Un texte magnifique et tes photos l'accompagnent magnifiquement ! la nature est un enchantement en ce moment, encore plus sous le soleil :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait Aifelle ! Magnificat !!!! Merci

      Supprimer
  11. Comme un leit motiv le blanc et le vert nous pénètrent, comme un voile de mariée, ils s'offrent à notre cœur, comme un éblouissement ils caressent notre regard, et tes mots qui accompagnent ces photos vont vibrer notre sensibilité. Agréable moment de douceur et d'émotion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo Chinou ! Je te reçois 5 sur 5 !!!
      Comme un chant, sur une portée verte, animée de notes blanches !!!!
      Belle soirée

      Supprimer
  12. Magnifique publication !
    Je me suis régalée des photos et des textes. Intéressant le livre de Philippe Jaccotet ; il y a de la poésie dans ce qu'il écrit.
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La simplicité de la nature tellement riche d'émotion pour celui qui regarde les yeux grand ouverts...
      Monsieur Jaccottet écrit en vers et en prose si joliment ! J'aime ! Je suis certaine que tu apprécierais !
      Douce soirée !

      Supprimer
  13. je viens piquer ici ce que je ne trouve pas hélas dans les rues de Lyon :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il paraît que Lyon est une belle ville aux dires de mon neveu qui y habite !! Il faudra qu'un jour, je m'y arrête !
      Les blogs sont faits pour partager aussi nos différents environnements !
      Pique du blanc mais surtout n'oublie pas le vert !!!!

      Supprimer
  14. une intéressante balade et agréable aussi de voir ces chevaux dans cette nature...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leur présence ne pouvait qu'arrêter mon regard...
      Merci et à bientôt

      Supprimer
  15. Ça alors, quelle coïncidence! J'étais ce soir même en train de relire ce livre! Ce sont les cerisiers en fleurs de la Castagniccia qui m'ont renvoyé vers ces Cahiers de verdure. J'avais notamment en tête la phrase : "Cette fois, il s'agissait d'un cerisier ; non pas d'un cerisier en fleurs, qui nous parle un langage limpide, mais d'un cerisier chargé de fruits..." Je crois en effet qu'il n'y a rien de plus éloquent au monde qu'un cerisier en fleurs...
    Mais à te lire, je me rends compte que je ne vois pas (ou que je ne connais pas) la différence entre un cerisier et un merisier!
    Bonne soirée, en vert et blanc!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle coïncidence, n'est-ce pas !!!!
      Déjà les fruits du merisier, les merises, sont plus petites que les cerises. Le merisier est un cerisier sauvage et il est l'ancêtre du cerisier ! Au niveau des feuilles tu peux voir aussi la différence !
      J'ai poursuivi ma lecture par "après beaucoup d'années". Et j'avais lu également ses "semaisons". Un vrai plaisir de lecture ! J'aurais copié beaucoup de citations ou souligner des paragraphes entiers mais ces livres, les ayant empruntés à la biblio, j'ai bien envie de me procurer le livre de la Pléiade !!!
      Belle soirée de la couleur que tu veux

      Supprimer
  16. Ma chère Enie, tous tes blancs, qui se mêlent à ceux du poète, m'enchantent ...
    Le poney de ton coeur court dans ta chère campagne normande, si belle en avril ...
    Havre/île que tu garderas de toute façon pour toujours en ton âme ...
    ça avance ?
    Les petites graines semées l'an passé ont dû être soufflées par le vent, je regrette bien mais tu es passée quand même tout près de mes chênes ...
    je m'occupe bien du jardin en ce moment, il me fait revivre après quelques mois difficiles ...

    Des bisous couleur lilas blanc ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être passée dans mon chemin creux vert et blanc...
      A bientôt avec d'autres graines..
      Bisous et bon courage

      Supprimer